AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
L'EVENT N°1 EST DESORMAIS OUVERT !!! RENDEZ-VOUS DANS LA CATEGORIE "PLAGE" PUIS DANS CELLE NOMMEE "EVENT N°1" ! BON JEU ♥️
Le forum a ouvert le 30 Mars 2011, n'hésitez pas à vous inscrire ! ♥️
De nombreux PV sont encore disponibles, mais vous pouvez incarner un perso inventé =)

Partagez|

T'as rien vu ! ;) [Satoru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Inhabitant

♦ messages : 455
♦ ici depuis le : 29/03/2011
♦ avatar : Kwon Ji-Yong; G-Dragon [Big Bang] - (c) cadeau de Hyunnie-chou d'amour ♥
♦ DC : Nop :P


T'as rien vu ! ;) [Satoru] Vide
MessageSujet: T'as rien vu ! ;) [Satoru] T'as rien vu ! ;) [Satoru] Icon_minitimeDim 3 Avr - 20:01

(Sorry c'est vraiment naze T_T)

D’un coup sec Suo ferma le clapet de son portable et, fourrant les mains dans les poches de son jean se mit en marche dans les rues de la ville. Il venait d’avoir un de ses potes de lycée au téléphone et ils avaient convenu ensemble que ce serait le blond qui se chargerait de ramener de l’alcool à la soirée de ce soir. En vérité c’était toujours Suo qui ramenait les boissons à leurs petites fêtes et ce pour la bonne raison que c’était le seul qui ne rechignait pas à les voler… Et bien oui vous vous imaginiez quoi ? Ce n’est pas parce que l’île d’Okinawa était située à l’écart de l’archipel japonais qu’on y appliquait pas les mêmes lois que celles mise en vigueur dans le pays ! Suo et ses amis n’avaient pas l’âge requis pour acheter de l’alcool alors si ils en voulaient ils étaient contraint de le voler… Et pour ça Suo avait la bonne méthode ! Le jeune homme connaissait parfaitement le combini dans lequel il allait toujours chouraver ses provisions ainsi que son gérant qu’il était très facile de berner. Par chance ce dernier était gay et sachant cela le blondinet en profitait largement, usant de ses charmes pour s’attirer la sympathie du vendeur. Suo connaissait bien ses points forts et savait parfaitement usé de ses atouts pour se faire passer pour le garçon le plus charmant qu’il soit. Un garçon duquel on n’imaginerait jamais qu’il puisse faire quoique ce soit d’illégal et à qui on ne demandait jamais d’ouvrir son sac à dos tant on était convaincu de sa parfaite innocence… Un vrai petit ange en somme. Un brin manipulateur le garçon ? Et bien disons que si cela pouvait arranger ses affaires il n’allait pas s’en priver…

Sur la route Suo en profita pour se griller une clope et envoyer quelques textos à ses amis. C’était bizarre… il semblait au jeune homme que le combini ne se trouvait pas aussi loin que ça.. Les médecins lui avaient bien dit qu’il aurait d’ici peu du mal à mesurer les distances mais il en prenait réellement conscience qu’à présent que ça lui arrivait. Il avait l’impression d’avoir effectué au moins 4 fois déjà la distance qui séparait sa maison du combini… Pourtant il reconnaissait le paysage autour de lui et savait qu’il s’agissait bel et bien de son trajet habituel… c’était vraiment déroutant comme sensation. Ajouté à cela qu’il se sentait essoufflé comme si il venait de courir le marathon! Suo secoua la tête pour chasser ses idées de son esprit et continua à marcher comme si de rien n’était… Il préférait se voiler la face plutôt que de faire face à sa maladie et à ses symptômes gênants.

Finalement le combini apparu au bout d’une rue et Suo poussa un soupir de satisfaction. Lorsqu’il poussa la porte de la boutique ses yeux croisèrent immédiatement ceux du vendeur à qui il adressa un de ses plus beaux sourires. La petite machination venait de commencer… Doucement le jeune garçon s’approcha du comptoir et croisant ses bras sur la surface dure il engagea la conversation avec le gérant. Les deux hommes discutèrent pendant un moment, au cours duquel le blond ne lésina pas sur les sourires charmeurs et les regards pétillants afin de toujours mieux berner son interlocuteur. Ce dernier visiblement heureux d’avoir quelqu’un à qui parler durant sa longue journée de boulot n’y vit que du feu et continua d’alimenter son idée comme quoi Suo était vraiment un garçon adorable!

Lorsqu’il jugea que les rouages de sa petite machinations étaient assez huilées il s’éloigna du comptoir et se dirigea vers le fond de la boutique afin de chercher ce pour quoi il était venu. Il trouva rapidement le rayon des bouteilles d’alcool et en choisit trois qu’il fourra dans son sac à dos. Puis il referma ce dernier, le jetta sur son épaule et parcourut le rayon à la recherche d’une connerie à acheter, histoire de dire qu’il n’était pas venu pour rien… ce qui pour le coup aurait été assez flagrant et aurait à la longue finit par éveiller les soupçons du vendeur. Souvent il prenait une babiole du style un paquet de bonbons ou bien une plaque de chocolat… Mais alors qu’il marchait entre les étalages il remarqua qu’il n’était pas seul dans le rayon. En effet, un jeune homme se trouvait là et Suo aurait parié qu’il l’avait vu planqué les bouteilles dans son sac à dos… Le blond ne connaissait pas son vis-à-vis mais il lui semblait qu’il l’avait déjà vu traîner autour de l’auberge du village, ce qui lui laissait penser qu’il était certainement un des élèves tout droit venu de Tokyo. Heureusement pour lui que c’était un jeune, il y avait de ce fait moins de chances qu’il cri au scandale… pas comme les vieux geignards qui se faisaient toujours un malsain plaisir de coincer la jeunesse décadente qui ne respectait plus rien. Doucement le blond porta son index à sa bouche pour mimer à l’autre jeune homme de se taire et lui adressa un clin d’œil complice avant de se saisir d’une plaque de chocolat noisette sur l’étalage à côté de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Famous

♦ messages : 329
♦ ici depuis le : 30/03/2011
♦ avatar : Lee Jun Ki
♦ pseudo : Madara
♦ DC : Kohara Sora


T'as rien vu ! ;) [Satoru] Vide
MessageSujet: Re: T'as rien vu ! ;) [Satoru] T'as rien vu ! ;) [Satoru] Icon_minitimeDim 3 Avr - 21:37

    HJ — C'est trop bien arrête \o/

    L'après-midi en était à sa moitié, il était presque seize heures. Satoru-san était assis à son bureau, dans sa chambre à l'auberge. Ses affaires de classe étaient éparpillées autour de lui, et il avait les sourcils froncés, concentré sur une petit rédaction de géographie sur le territoire européen. Après ça, encore quelques exercices de maths ainsi qu'une traduction de français. Il calcula que le tout ne devrait lui prendre plus d'une demi-heure. Satoru termina la géographie peu de temps après puis s'attela au reste, décidé à finir le plus tôt possible. Il avait envie de prendre un petit peu l'air, et il avait appris que Satoshi, son frère aîné, travaillait dans un restaurant près de la plage, pas si loin que cela en fait. Il voulait voir si il était vraiment, où si sa mère s'était trompée d'adresse.
    Le jeune homme ne vit pas le temps passer. En fait, les exercices lui prirent moins de temps qu'il n'avait prévu, et la traduction fut expédiée en trois minutes. Satoru-san travaillait beaucoup, il souhaitait intégrer une bonne université et en revenir avec un excellent diplôme. Aussi ne ménageait-il pas ses efforts, mais il disposait d'une grande intelligence qui lui permettait de comprendre les choses plus vite que les autres. Oh oui, la nature l'avait bien gâté. Il ne s'en plaignait pas, au contraire. Il pensait aussi qu'il avait mérité sa place, parce qu'il était un gagnant et qu'il avait l'âme d'un Roi.

    Satoru-san rangea ses crayons dans leur trousse et ses affaires. Il empila ses cahiers et ses livres sur un bord, avant de se lever et pousser la chaise sous le bureau. Il s'était mis à l'aise pour faire ses devoirs, en short et t-shirt. Un petit vent frais, assez inhabituel, s'était pourtant levé dehors et il décida de mieux s'habiller. Le jeune homme enfila un jean artistiquement défraîchi, un t-shirt blanc propre avec une veste noire par-dessus, dont il retroussa les manches. Il attrapa son sac, ses bottines noires puis s'en allant, ferma à clef la porte de la chambre (il n'avait pas confiance).
    Il descendit tranquillement les escaliers jusqu'à l'entrée dans l'auberge. Il adressa un léger signe de tête à l'aubergiste, penchée sur un cahier rempli de noms, puis sortit de l'établissement. Le vent lui effleura le visage et fit voler ses cheveux. Satoru-san ne s'attarda pas et fila en direction de la plage, à quelques bonnes minutes de marche. D'abord, il voulait voir si son frère était là ou pas. Deuxièmement, il devait aller au Combini s'acheter quelques trucs à manger ainsi que des objets de première nécessité (accessoirement, des nouveaux crayons et un nouveau cahier, il n'avait plus de place pour faire ses exercices). Le jeune lycéen marchait vite et regardait droit devant lui, indifférent aux regards admiratifs lancés par quelques filles. Manque de chance, il croisa plus loin deux filles de sa classe qui passaient leur temps à le reluquer, aussi bifurqua t-il dans une rue qu'il ne connaissait pas, et cinq bonnes minutes à retrouver son chemin.
    En arrivant à la plage, il se mit aussitôt à lire les enseignes, cherchant un restaurant avec le mot « Ichi ». Il en trouva un à cent mètres de là, et s'avança pour apercevoir les employés qui servaient des clients dehors. Il reconnut aussitôt son aîné, blond, les cheveux impeccables et taillé comme un mannequin. Il s'occupait de trois jeunes filles qui essayaient visiblement d'avoir son numéro de téléphone, d'après ce qu'il entendit. Il ricana intérieurement, si elles savaient à quel point Satoshi s'intéressait aux filles... Satoru-san se redressa et consulta l'heure sur son portable. Il le referma avec un petit " clap ! " et s'éloigna.

    Le lycéen ne prenait pas le temps de saluer son frère, de toute manière ce dernier était occupé. Le Combini n'était pas très loin mais pas non plus très peu, aussi préférait-il se mettre en route tout de suite. Les mains dans les poches, il observait vaguement le paysage et la rue. Il calculait mentalement dans sa tête le coût de ses futurs achats et conclut que de toute façon, il ne manquerait pas d'argent. Entre-temps, le Combini était en vu. Satoru se dirigea vers lui et s'engouffra dans la boutique, pratiquement vide. Il passa devant le gérant de la boutique et un blond à l'air suspect qui faisait un numéro de charme que Satoru ne trouvait absolument pas convaincant. Il les laissa à leur affaire et fonça directement au rayon matériel.
    Il s'était enfin décidé pour les crayons et le cahier. Il marcha alors vers le rayon des sucreries en tout genre, mais fut attiré par un léger bruit de verre. Il aperçut alors le bond de tout à l'heure remplir - hyper discrètement, c'était fou - son sac de bouteilles d'alcool. Cette vue hérissa Satoru qui fonça au rayon chocolat, passablement énervé. Bien évidemment, il y retrouva l'autre idiot. Qui lui fit ces gestes : un doigt devant la bouche et un clin d'oeil complice, histoire qu'il ne dise rien au gérant de la boutique. Satoru le fixa dans les yeux sans rien dire. Puis un sourire mauvais assombrit son visage de porcelaine. Il était évident que cet idiot n'avait pas vingt ans.

    Ah ah ah. Ça allait être drôle.

    Satoru-san posa à son tour un doigt sur les lèvres, puis il contourna le blond, sans avoir rien pris dans le rayon. Puis il s'éloigna en direction de la caisse, vers le gérant qui lui adressa un grand sourire, auquel il répondit - hypocritement.
    « Bonsoir. Juste pour vous prévenir, le blond, là, qui vous faisait du charme tout à l'heure histoire de bien vous roulez dans la farine, pour que vous vous en mettiez plein dans les yeux, vient de voler trois bouteilles de saké en les dissimulant dans son sac. Ça vous intéresse, comme info ? »
    Le sourire sur le visage du vendeur coula et finit par s'estomper. Il observa Satoru et le blond alternativement, sans rien dire pour l'instant.
    « Oh, vous êtes libre de ne pas me croire. vous pouvez toujours fouiller son sac, je suis sûr qu'il n'y verra pas d'inconvénient, il paraît tellement attaché à vous. »
    Et pan ! Le petit discours de Satoru-san avait eu son effet. Le sac du blond avait en effet considérablement grossi en l'espace de cinq minutes, et le gérant semblait avoir compris pas mal de chose sur le voleur en question. Un sourire sardonique plaqué sur les lèvres, Satoru-san retourna à son rayon. Il prit trois sachets de bonbons et une plaquette de chocolat blanc (son péché mignon, il n'en trouvait pas souvent, mais ici il y en avait tout le temps). Il entendit quelques éclats de voix mais ne se retourna pas. Le blond n'avait certainement pas apprécié les agissements de Satoru, qui en riait tout bas. Eh bah oui, mon vieux, t'es au Japon, pas chez les occidentaux, faut se calmer.

    Deux minutes passèrent, après quoi Satoru-san décida de revenir à la caisse. Le gérant affichait un air indifférent, mais aperçut une lueur étrange, de tristesse ? dans ses yeux. Et des rides de colère perçaient sur son front malgré tout. Le jeune homme ne dit rien et se contenta de payer ses provisions. Le vendeur mit le tout dans un sac en plastique et ils se quittèrent sur un au-revoir. Où était le blond ? Peu importe, Satoru-san avait vu les bouteilles volées derrière le gérant lorsqu'il lui rendait sa monnaie.
    Ah ah. Bien fait pour le blond.

_________________
    T'as rien vu ! ;) [Satoru] 2628481
    山田睦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cloud.asiat-world.com/

Inhabitant

♦ messages : 455
♦ ici depuis le : 29/03/2011
♦ avatar : Kwon Ji-Yong; G-Dragon [Big Bang] - (c) cadeau de Hyunnie-chou d'amour ♥
♦ DC : Nop :P


T'as rien vu ! ;) [Satoru] Vide
MessageSujet: Re: T'as rien vu ! ;) [Satoru] T'as rien vu ! ;) [Satoru] Icon_minitimeLun 4 Avr - 3:57

Suo ne savait pas exactement ce qui lui faisait penser cela mais toujours est-il que lorsque l’homme s’éloigna il fut pris d’un mauvais pressentiment… Certainement cette lueur étrange qui était passée dans son regard à l’instant où il avait compris ce que le bond était entrain de manigancer.. Et ses suspicions se confirmèrent quelques secondes plus tard lorsque Suo entendit le brun qui rapportait son méfait au vendeur de la boutique, exactement comme l’aurait fait un gamin qui irait voir sa maîtresse pour cafarder qu’un de ses camarades avait fait une bêtise…Seulement là où était toute la différence c’est que le jeune homme n’avait plus vraiment l’air d’être au jardin d’enfants et pourtant il continuait à agir comme si il avait encore 6 ans… pathétique. Qu’Est-ce que ça pouvait bien lui faire à lui que Suo vole deux ou trois bouteilles dans le magasin ? Est-ce que ça le concernait en quoique ce soit ? Non je ne crois pas ! Quel lèche cul je vous jure… Quoiqu’il en soit les répercutions ne tardèrent pas à tomber pour Suo qui vit bientôt le vendeur fondre sur lui sans qu’il n’ait eut le temps de faire quoi que ce soit pour tenter de se disculper.. Et à partir de là ce fut une véritable scène à laquelle eut droit Suo. Bien évidement le vendeur était relativement en colère et déçu par l’attitude de son petit blond préféré… L’expression de son mécontentement résonnait à présent dans tout le combini et le blond ne put rien faire sinon attendre que le gérant ai fini de lui faire la morale. Lui qui pensait qu’ils étaient « amis » semblait vraiment très attristé de voir que Suo s’apprêtait à le voler sans la moindre once de remord… Et il l’était encore plus en songeant que ce n’était certainement pas la première fois qu’il agissait de la sorte.. Au moins maintenant il saura qu’il fallait toujours se méfier des apparences ! Pour fini l’homme confisqua les bouteilles au plus jeune, le raccompagna à la sortir de la boutique et rejoignit son comptoir en traînant les pieds..

Et bah c’était malin.. Qu’Est-ce qui lui avait pris à l’autre con d’aller tout rapporter au gérant ? Pff si il lui mettait la main dessus ! D’ailleurs c’est précisément ce qu’il comptait faire ! Il n’allait certainement pas le laisser s’en tirer comme ça, pas après ce qu’il avait fait à Suo. A cause de lui le garçon n’avait non seulement pas d’alcool pour la fête de ce soir mais en plus il ne pouvait plus espérer revenir au combini voler ce qu’il lui plaisait après ça ! Après l’incident qui venait de se produire il était certain que le gérant aurait toujours l’œil sur lui et ne se montrerait plus aussi crédule à son sujet… Non franchement ce type méritait une correction pour ce qu’il venait de faire ! Nerveusement Suo s’adossa au mur à côté de lui et repliant une jambe sous ses fesses fouilla dans ses poches à la recherche de son paquet de clopes. Il ne mit pas longtemps à mettre la main dessus ainsi que sur son briquet et s’alluma sans plus tarder une cigarette. La situation l’avait passablement énervé et il avait besoin de nicotine pour se calmer. Tout en tirant sur sa clope le blond observait l’entrée de la boutique et plus particulièrement le moment où le brun cafeteur ferait son apparition. Ce qui ne tarda pas à arriver… La clochette située au dessus de la porte du combini et qui servait à informer le gérant des entrées et venues des clients venait de teinter et le jeune japonais apparut dans la rue.

Suo tira une dernière fois sur sa cigarette et jeta le méga au loin. Après quoi il se décolla du mur et s’avança en direction de Satoru qui lui tournait le dos et qui ne semblait pas l’avoir vu. Quant-il fut parvenu à son hauteur Suo posa une main sur l’épaule de celui qui était devenu un adversaire et émit une telle pression sur cette dernière qu’il fut contraint de se retourner. Ceci étant il laissa à peine le temps au brun de voir l’identité de celui qui l’accostait de cette manière que Suo lui envoya son poing droit dans la figure, ce qui fit reculer la victime de plusieurs pas. En plein sur le nez pour être plus précis.. Le jeune homme avait contrarié le blond et maintenant il pouvait constater ce qu’il en coûtait. Suo était certes pas très gros, ni très musclé mais la bagarre ne lui avait jamais fait peur et sa morphologie ne l’empêchait en rien de mettre de la force dans ses coups. Très impulsif, il était fréquent qu’il se retrouve dans des situations comme celle-ci, aussi était-il prêt pour une éventuelle riposte de la part de son adversaire. Mais avant cela Suo n’en avait pas encore tout à fait terminé avec lui et lui asséna un second coup dans le thorax avant d’ouvrir la bouche pour la première fois depuis leur rencontre :

- « C’est quoi ton problème enfoiré ? Fais gaffe t’es pas à Tokyo ici alors un conseil te la ramènes pas trop… »

Ce n’était pas parce qu’il venait de la capitale qu’il pouvait se croire tout permis et bouleverser les habitudes du blond sans que celui ne dise rien. Après tout c’était son île et si quelqu’un devait faire la loi ici c’était lui ! Une chose était sûr : la guerre était désormais ouverte entre les deux adolescents. Suo n’avait rien contre les taquineries et il en était même un fervent partisan lui-même mais là le brun était allé trop loin… Il s’était ouvertement moqué du blond et avait cherché à lui mettre des bâtons dans les roues, choses qu’il ne pouvait laissé passer. Ses motivations ? Il n’en avait aucune idée mais à vrai dire c’était le dernier de ses soucis en ce moment, le mal était fait et c’est tout ce que Suo voyait.


Dernière édition par Nakatsuki Suo le Mer 27 Avr - 1:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Famous

♦ messages : 329
♦ ici depuis le : 30/03/2011
♦ avatar : Lee Jun Ki
♦ pseudo : Madara
♦ DC : Kohara Sora


T'as rien vu ! ;) [Satoru] Vide
MessageSujet: Re: T'as rien vu ! ;) [Satoru] T'as rien vu ! ;) [Satoru] Icon_minitimeLun 4 Avr - 14:55

    Satoru-san n'éprouvait aucun remord. Ce blond n'était qu'un petit branleur qui se croyait tout permis parce qu'il approchait de la majorité. Une couleur de cheveux, un paquet de cigarettes et il ne se sentait plus ! C'était d'un pathétisme... Mais c'était aussi amusant de le voir se ridiculiser tout seul en se la jouant. Ces types ne comprenaient rien et pensaient qu'user de trois vices étaient la meilleure façon de rigoler. De se projeter en adulte. Satoru en était convaincu, cela les projetait plutôt du côté des imbéciles.
    Le jeune homme enfouit son porte-monnaie dans son sac à dos. Ses achats à la main, il adressa un signe au vendeur puis poussa la porte cochère pour sortir. Qu'allait-il faire... ? Rentrer à l'auberge ? Trop tôt, il pouvait bien faire autre chose. Il se souvint d'une sympathique boutique à quelques rues de là, qui vendait des vêtements d'excellente qualité (le prix aussi était de bonne qualité...). En plus, Satoru avait besoin de nouvelles chemises et voulait trouver une cravate bleue. Et autre chose, s'il voyait un truc qui lui convenait... Bref, il devrait continuer dans la rue, bifurquer à gauche, puise à droite, puis encore à gauche, et... Satoru-san s'arrêta net, aussi bien dans ses pensées que sur ses pieds. Mh ? Non, il avait probablement rêvé.

    La suite se passa en un éclair. Satoru-san sentit une douloureuse pression sur son épaule droite et se retourna instinctivement. Le coup l'atteignit en pleine figure et il recula, sonné. Son nez émit un drôle de son et la douleur l'aveugla momentanément. Il s'était à peine redressé qu'un violent coup dans le torse, au niveau du thorax, lui coupa net le souffle. L'air lui manqua, il tituba et s'effondra lourdement par terre. Ses courses roulèrent plus loin. Satoru-san cligna des yeux, tentant vainement de retrouver la vue, mais il ne voyait que des chandelles. Son nez lui faisait anormalement mal, il devait y avoir un truc de déplacé ou cassé. Il jura intérieurement, contenant avec peine la haine qui le consumait. Qui que soit l'attaquant, il allait souffrir comme jamais.
    Sa vue s'éclaircissait. La lumière lui revint quelques secondes plus tard. Il put alors voir le visage de son agresseur, et il ne fut pas surpris de reconnaître le blond de tout à l'heure. Évidemment... Il lui avait causé quelques ennuis et probablement bousillé sa soirée - tant mieux.

    « C’est quoi ton problème enfoiré ? Fais gaffe t’es pas à Tokyo ici alors un conseil te la ramènes pas trop… »
    « Mon problème ? »

    Cet idiot parlait comme une racaille qui défendait son territoire, comme dans ces pays occidentaux qui ont oublié la politesse et l'importance d'un pays uni et non divisé en cases. Les pays n'étaient pas des damiers. Et Okinawa non plus, quelle importance que Satoru-san vienne ou non de la capitale ? D'ailleurs, il était né à Yokohama, dans la préfecture de Kanagawa. C'était juste à côté, mais ce n'était pas Tôkyô. Le blond n'avait rien compris aux agissements de Satoru. Ce dernier se fichait des bouteilles d'alcool, l'intérêt était qu'en quelques minutes, il avait bousillé la soirée de l'un, lui avait causé des ennuis, pourri le moral de l'autre et causé la zizanie dans son esprit... Le blond n'était pas particulièrement visé ; le gérant l'était aussi, et tous les autres cons que Satoru croisaient. Il aimait se jouer des faiblesses des autres, peu importe ce pour quoi il passait.
    Ça lui passait le temps.
    Le jeune lycéen se releva, et épousseta prestement ses vêtements. Il posa son sac par terre et remonta une nouvelle fois ses manches. Son visage était toujours aussi indifférent, comme s'il ne s'était rien passé. À la différence que son nez l'élançait violemment, et qu'un léger filet de sang s'échappait de ses lèvres. Il devait aussi avoir un bleu au thorax, il le sentait. Bah... Aucune importance. Au moins, quelque chose le distrayait, autre que ses devoirs, aujourd'hui.

    Satoru-san réagit si brusquement que le blond ne vit rien venir. Chacun son tour. Il lui asséna un violent coup de pied au niveau du genou, pour le faire plier, enchaîna avec son propre genou à la hauteur de son service trois pièces. Puis il empoigna son bras droit, le tordit et le fils basculer cul par-dessus tête avec une puissance inconnue à ses propres yeux. Satoshi avait raison, c'était très utile de connaître les bases du karate, merci le grand frère. Et couplée avec l'adrénaline, avec des bras finement musclés par la danse, le résultat était assez réussi. Satoru s'avança avant que l'autre ne puisse se relever et l'en empêcha, en appuyant son pied sur son cou.

    « Je n'ai pas de problème. J'en crée aux autres. Ça passe le temps. »

    Pour ponctuer sa phrase, il le frappa à son tour au visage, mais avec le pied, et sans se retenir. Satoru se fichait de le blesser ou non, et le blond devait être dans la même mesure. Il était à la fois furieux et indifférent, un mélange de deux sentiments opposés, ce qui n'arrangeait pas son humeur, la moitié du temps déjà exécrable.

    « J'ai déjà perdu assez de temps avec toi, minable. T'avise pas de recommencer, je cognerai deux fois plus fort sinon. Ça m'est égal. »

    Satoru lui jeta un dernier regard impénétrable, puis s'éloigna sans se retourner. Il ramassa ses achats et mit son sac à dos. Le jeune homme n'était pas bon en tout, mais il avait la chance d'avoir une famille qui connaissait pas mal de choses. Et il se débrouillait bien question arguments. Et aussi, il s'en fichait royalement.
    Il marcha vite, désirant s'éloigner le plus possible de cet espèce de minable écervelé aux cheveux blonds, qui le répugnait. Il ne l'effrayait pas, non. Pas du tout même. Mais il en avait assez de lui adresser la parole. Satoru-san sortit un mouchoir de sa poche et épongea ses lèvres... Et son nez, le sang commençait à couler là aussi. Grommelant quelques jurons (quand est-ce que ça allait s'arrêter ce truc ?), il se dit qu'au lieu d'aller à la boutique comme prévu, il allait se rafraîchir un peu. Pour se calmer et se poser. Le jeune homme avisa un petit café au bord de la plage, entouré de plein d'autres buvettes et d'homonymes. C'était noir de monde, au moins était-il sûr de ne pas être remarqué (il voulait avoir la paix).

    Il s'assit à une table bordée de trois chaises. Le serveur le regarda avec un drôle d'air en voyant le sang, mais Satoru-san le coupa net. Il lui demanda simplement de lui apporter un Séduction, cocktail sans alcool avec plein de jus de fruits, et une serviette propre mouillée, histoire qu'il se nettoie un peu. Le serveur partit et Satoru posa ses affaires par terre. L'ombre de l'immense parasol installé à proximité le protégeait du soleil.
    Ah, que d'aventures. Au moins, il ne s'ennuyait pas !

_________________
    T'as rien vu ! ;) [Satoru] 2628481
    山田睦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cloud.asiat-world.com/

Inhabitant

♦ messages : 455
♦ ici depuis le : 29/03/2011
♦ avatar : Kwon Ji-Yong; G-Dragon [Big Bang] - (c) cadeau de Hyunnie-chou d'amour ♥
♦ DC : Nop :P


T'as rien vu ! ;) [Satoru] Vide
MessageSujet: Re: T'as rien vu ! ;) [Satoru] T'as rien vu ! ;) [Satoru] Icon_minitimeDim 10 Avr - 18:01

En tant que personne très impulsif Suo n’avait pas hésité à frapper lorsqu’il avait jugé que Satoru était allé trop loin. Il s’était mêlé de ce qui ne le regardait pas et avait vu ce qu’il en coûtait de faire chier le blond dans l’unique but de se moquer de lui et de le rabaisser. Suo avait sa fierté et il se devait de la conserver. Si on se laissait marcher sur les pieds ne serais-ce qu’une seule fois s’en était rapidement fini de notre crédibilité ! Plus personne ne vous pendrait au sérieux après ça… Le jeune homme regarda son adversaire s’affalait au sol pendant qu’il se massait le poing avec lequel il venait de le frapper. Il ne voulait pas le démolir sur place (ou du moins pas encore) mais seulement lui faire comprendre qu’il n’aurait jamais du faire ça et lui montrer qu’il n’avait pas à faire à une pauvre victime qu’on pouvait facilement humilier sans risquer des représailles. Aussi le laissa-t-il se redresser et reprendre ses esprits sans lui infliger davantage de coups… Suo avait un fort caractère mais il était loin d’être quelqu’un de mauvais. Il lui en fallait plus pour qu’il désire la destruction parfaite de quelqu’un et ceci n’était qu’un petit avertissement et un moyen d’évacuer le coup de chaud qu’il avait ressenti à l’instant où il avait compris que Satoru était entrain de le balancer au vendeur.

Bien évidemment le blond s’attendait à une réaction de la part du brun, mais il n’avait peut-être pas prévu que celle-ci serait aussi violente… Satoru lui fondit dessus d’une façon si soudaine que même en étant préparé à une réplique de sa part il ne pu éviter l‘attaque. Il reçut un violent coup de pied dans le genoux qui lui fit perdre l’équilibre suivit d’un autre coup dans l’entrejambe, extrêmement douloureux comme vous pouvez vous en doutez... Tout le monde sait que c’est faible de frapper dans les bijoux de famille d’un homme…Ce sont les filles qui agissent de la sorte car elles sont généralement sans défense et que ce coup est radicale si il est bien donné, mais venant d’un mec c’était vraiment très petit comme attaque.. Suo n’eut même pas le temps de se remettre de la douleur qui se répandait dans son bas ventre que l’autre lui tordit violemment le bras le faisant s’écrouler sur le sol. Son corps heurta violement le goudron dur si bien que le blond du serrer la mâchoire pour s’empêcher de crier. Pendant un instant le jeune homme se demanda si il ne lui avait pas déboité les os de l’épaule mais il n’eut pas vraiment le temps de réfléchir à la question que son adversaire revint à la charge, posant son pied sur son cou pour l’immobiliser.

- « Je n'ai pas de problème. J'en crée aux autres. Ça passe le temps. »

Oh que si il avait un problème, du moins il en avait un désormais et il s’appellait Suo ! Le jeune homme n’aimait pas du tout comment le brun était entrain de le dominer à présent et il allait lui faire payer dès qu’il pourrait se remettre à nouveau debout… On ne soumettait pas le blond aussi facilement. Suo était un petit phénomène indomptable et il comptait bien le rester ! (Il n’y avait qu’au lit qu’il aimait bien se faire dominer parfois mais ça c’est une autre histoire /BRIQUE/). Mais, alors qu’il essayait de vaincre la douleur qui se faisait ressentir un peu partout dans son corps pour tenter de se lever il se reçut un violent coup de pied en plein visage qui le cloua au sol de plus belle. Non mais vraiment ce type était un vrai tocard ! Frapper un homme au sol, pff… lamentable ! Décidément cette enflure était le pro des coups bas ! Entre son lamentable cafardage au vendeur et ses attaques de fourbe… il faisait décidément bien pitié !

- « J'ai déjà perdu assez de temps avec toi, minable. T'avise pas de recommencer, je cognerai deux fois plus fort sinon. Ça m'est égal. »

Sur ces paroles, Satoru tourna les talons et s’éloigna.. Le blond profita alors que le brun ne le voyait pas pour se recroqueviller sous l’effet de la douleur. Le dernier coup que lui avait asséné le brun l’avait complètement assommé et un goût de sang envahissait à présent sa bouche. Il aurait voulu se lever et courir après son adversaire car ils étaient loin d’en rester là seulement il en était incapable. Suo resta étendu sur le sol un petit moment avant que quelqu’un ne s’approche de lui et le prenne dans ses bras. Le blond mit un petit moment avant de réaliser qu’il s’agissait du gérant du combini qui avait assisté à une bonne partie de la scène. Ce dernier l’aida tant bien que mal à se relever et le conduisit lentement vers sa boutique. Il ferma momentanément cette dernière en tournant la pancarte de l’autre côté et installa Suo sur sa chaise, derrière sa caisse. L’homme avait eu beau avoir été très déçu par l’attitude du blondinet tout à l’heure il ne pouvait pas oublier toute l’affection qui lui portait en un claquement de doigts et le voir si misérable ne pouvait le laisser indifférent… au contraire il était complètement chamboulé de voir le visage de son ancien petit ange dans un si piètre état.. L’homme disparut quelque instant entre les rayons du combini avant de revenir quelques secondes avec un paquet d’haricots surgelés qu’il posa directement sur la joue bleutée de Suo. Ce dernier grimaça mais se laissa faire… il appréciait qu’on s’occupe un peu de lui après le moment qu’il venait de passer. Cependant ce qu’il appréciait moins c’était le fait que le gérant de la boutique ne fasse que parler et pester contre cet imbécile de Satoru. Il disait qu’il fallait appeler la police et qu’il fallait renvoyer ses Tokyoïtes de là où ils venaient et patati et patata… Le corps de Suo le faisait déjà bien assez souffrir comme ça sans pour en plus qu’il en prenne plein les oreilles ! Alors quand l’homme s’éloigna de nouveau afin de chercher un autre paquet de surgelés le blond en profita pour se tirer. Il s’était assez reposé et ce qu’il souhaitait maintenant c’était retrouver le brun et lui faire sa fête ! L’histoire ne pouvait pas se terminer comme ça, pas sur l’image d’un Suo complètement dominé, non, sa fierté était en jeu dans cette affaire…

L’avantage avec ce village c’est qu’il était tellement petit qu’il n’y avait pas trente milles directions par lesquelles passées, aussi Suo était à peu près certain de retrouver son adversaire assez rapidement. Arrivé sur le plage le blond se mit à scruter chaque visages dans le but de retrouver celui de son adversaire. Finalement Suo le retrouva qui s’apprêtait à quitter la terrasse d’un café et marcha sans plus tarder dans sa direction. Arrivé à sa hauteur il se planta face à lui et le fixa amèrement dans les yeux.

- « Ne crois pas t’en tirer comme ça… »

Sur quoi la même scène que précédemment se reproduisit. Suo décocha un nouveau coup de poing dans la visage de Satoru avant de lui en assénait un autre dans l’abdomen. Instinctivement le brun se plia sous l’effet de la douleur et Suo en profita pour lui donner un coup de genoux dans la figure. Et croyez moi que le blond lui en aurait fait subir encore davantage si trois gardes plages alarmés par la scène n’avait pas accouru vers lui pour l’en empêcher. En effet, deux armoires à glaces venaient de fondre sur lui et de lui bloquer les bras. Suo essaya de se débattre et pesta contre ses assaillants mais rien à faire ils le tenaient fermement.. Cela se voyait qu’ils étaient habituer à intercepter des bagarres.

- « Encore toi ? »

Visiblement un des gardes plages semblaient avoir reconnu Suo, il faut dire qu’il constituait un élément très perturbateur au sein de l’île…

- « Et bah messieurs vous allez nous suivre au commissariat sans plus tarder et inutile de chercher à parlementer avec nous ! »

Sur ces mots de l’homme Suo sentit qu’on lui passait les menottes au poignet tandis qu’un de ses collègues faisait de même avec Satoru. Au moins de cette manière ils les empêcheraient de se cogner encore dessus… Bon au moins le blond avait eu ce qu’il voulait…c’était lui qui le dernier avait frappé sur Satoru alors pour lui c’est comme si il avait eu le dernier mot… Et maintenant direction le commissariat, c’est qu’il commençait vraiment à le connaître par cœur maintenant…



Dernière édition par Nakatsuki Suo le Mar 19 Avr - 14:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Famous

♦ messages : 329
♦ ici depuis le : 30/03/2011
♦ avatar : Lee Jun Ki
♦ pseudo : Madara
♦ DC : Kohara Sora


T'as rien vu ! ;) [Satoru] Vide
MessageSujet: Re: T'as rien vu ! ;) [Satoru] T'as rien vu ! ;) [Satoru] Icon_minitimeLun 11 Avr - 21:22

    Le soleil semblait refuser de s'avouer vaincu, la chaleur était étouffante. Satoru-san sirotait tranquillement son cocktail depuis quelques minutes. Il était protégé par les lunettes de soleil et le parasol, aussi il se reposait assez confortablement. Ses bleus étaient douloureux, mais son nez allait mieux depuis qu'il l'avait nettoyé - mais il ne louperait la visite chez le médecin (ou l'hôpital !) pour faire une radio ou un autre truc, parce qu'il était évident qu'il y avait un petit souci. Satoru ne s'en inquiétait pas pour le moment et préférait savourer ce moment de solitude et de calme. Le jeune homme posa son verre et releva un peu son jean ; il se massa la cuisse, colorée par un bleu. Ça l'élançait un petit peu. Il était temps de rentrer à l'auberge, de soigner tout ça et de prendre du repos (de toute façon, il allait virer au violet demain !). Satoru-san termina son cocktail rapidement et appela le serveur d'un claquement de doigt. Il en profita pour lui rendre la serviette humide et tachée de sang. Il paya la note puis rassembla ses affaires pour partir.
    Satoru s'éloigna du café, le sac sur l'épaule. Il tâchait de ne pas grimacer à chaque mouvement, finalement il avait parlé trop vite, la douleur s'intensifiait. Il garda la tête haute et se redressa davantage (son dos et son postérieur s'étaient pris un sacré coup lors de sa chute). Il hésita puis finit par marcher à peu près normalement après quelques mètres. Il ne s'ennuyait pas d'accord, mais c'était galère ! Cet espèce d'idiot entendrait parler de lui, s'il le recroisait. Ou pas. Il était peut-être mignon le blondinet, mais il ne présentait aucun autre intérêt. C'était un pauvre boulet.

    Les réflexions de Satoru s'arrêtèrent net. Il avait à peine fait dix mètres, il était toujours devant le café près de la plage. Et la silhouette dégingandée du blond se dessinait devant lui. Oh, super... Il le sentait mal, cette fois. Très mal. Mais il sentait aussi qu'il allait coller une bonne raclée une bonne fois pour toutes à cet ahuri. Malheureusement, ses réflexes avaient diminués avec le nombre de bleus qui étaient apparus sur son corps. Le blond lui décocha immédiatement un direct qui fit valser ses lunettes de soleil. Il fut aussitôt suivi par un deuxième coup de poing dans l'abdomen, qui lui coupa une nouvelle fois le souffle. Il se plia en deux et s'apprêta à répliquer, mais un coup de genou l'atteignit au visage. Il fut propulsé par terre et ses affaires roulèrent plus loin. Il n'y voyait plus clair, le paysage autour de lui tournait. Il sentait le sang qui dégoulinait de sa bouche, son oeil droit ne répondait plus, ses poumons ne lui envoyaient pas assez d'air... Et il bouillait de rage. Jamais Satoru n'avait ressenti une telle colère. Surtout qu'il n'entendait plus grand chose, et les sens ne lui revinrent que trente secondes après. Il releva la tête.
    Le blond était ceinturé par deux policiers baraqués et musclés, qui le retenait fermement. Satoru ne comprit pas ce qu'ils dirent ensuite, il avait un mal de crâne grandissant. Toujours fût-il que le policier numéro un prit des menottes qu'il mit au blond. Et... hein ?! Le second se dirigea vers Satoru et le releva d'un coup sec. Le jeune homme tituba, mais le policier le menotta sans ménagement. Le regard sombre de Satoru décocha un regard glacial à son adversaire. Ah, ils étaient dans la merde, maintenant. Quel imbécile ! Puis les deux policiers les firent grimper dans le panier à salade, direction le commissariat. Satoru n'aimait pas la tournure que prenait les choses. Tout ça parce qu'un blondinet avait été vexé qu'on le dénonce pour vol. C'était un comble !

    Satoru avait oublié l'heure. Le trajet se fit en silence, il ignora le blond assis à sa droite. Il réfléchissait à la suite : certainement relevé des identités, etc... Pas d'interrogatoire, juste des remontrances et un avertissement. Satoru n'en savait trop rien, il n'avait jamais été arrêté, et cette idée lui avait toujours déplu. Il soupira en regardant les rues défiler. Quelle heure était-il à présent, dix neuf heures ? Il ne savait pas, et sa montre s'était cassée dans sa chute. Les policiers leur avaient confisqué leurs affaires, sous clé dans le coffre. Quel merdier...

    Ils étaient arrivés. Les policiers les avaient fait asseoir sur deux chaises côte à côte. Maintenant, Satoru attendait la suite. Le policier numéro cherchait des feuillets, qu'il finit par trouver. Il s'assied en face d'eux et se tourner d'abord vers Satoru-san, qui affichait une expression indifférente. Le policier prit la parole :
    POLICIER 「Alors, contents de vos exploits, vous deux ? On commence par toi, je ne te connais pas. Décline ton identité, âge, date de naissance, etc, etc... Et ce que tu fais ici. La totale, quoi... 」
    Le jeune homme savait qu'il était inutile de discuter. Ce qui le gênait, c'était de déballer un petit peu de sa vie devant l'autre écervelé. Bah... Tant pis.
    SATORU 「Yamada Satoru. Je suis né le premier février 1994 à Yokohama, j'ai dix sept ans. J'habite à Tôkyô et je suis en seconde année dans un lycée public là-bas. Je suis ici pour un voyage scolaire avec ma classe.」
    POLICIER 「Noms et profession des parents ?」
    SATORU 「... Yamada Takeru, chef de l'entreprise YAMADA&CIE, spécialisée dans l'informatique. Et Yamada Yui, employée dans la parfumerie Chanel à Shibuya.」
    Le policier, le fixa, le crayon en l'air.
    POLICIER 「YAMADA&CIE ? L'entreprise millionaire ? Et le chef d'entreprise est ton père ?」
    Il le regardait d'un air suspicieux. Il alla chercher les affaires de Satoru et fouilla pour trouver ses papiers d'identité, qui confirmèrent les dires du jeune homme. L'entreprise de son père était une entreprise familiale qui marchait très bien et était réputée autant pour son grandiose chiffre d'affaire que la qualité de ses produits. Le policier était bluffé, mais demanda néanmoins les coordonnées de ses professeurs ainsi que l'adresse de l'auberge. Il nota tout sans un mot. Puis il se tourna vers le blond... Chacun son tour !

    Il s'appelait donc Nakatsuki Suo ? Ce fou-furieux avait donc un nom. Les policiers avaient appelé leurs tuteurs respectifs, mais pour les calmer, il avait décidé de les garder ici jusqu'à minuit. Ensuite il s'était arrangé avec tout le monde, tous les deux iraient à l'auberge (la propriétaire était une amie), dormiraient là-bas et reviendraient le lendemain au commissariat pour quelques formalités et certainement de nouvelles remontrances. Satoru ne savait pas comment prendre l'idée de passer davantage de temps avec ce Nakatsuki. Le policier numéro un semblait apprécier les plats de l'auberge et devait aussi parler du problème Satoru-Suo à ses professeurs. Tout ceci le saoulait d'avance...

    Et il fallait attendre, attendre... Satoru allait finir par s'endormir, il était fatigué. Sa tête cognait et son nez l'élançait encore plus que tout à l'heure. Il cligna des yeux. Le policier avait oublié la visite médicale dans son programme... Pff...

_________________
    T'as rien vu ! ;) [Satoru] 2628481
    山田睦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cloud.asiat-world.com/

Inhabitant

♦ messages : 455
♦ ici depuis le : 29/03/2011
♦ avatar : Kwon Ji-Yong; G-Dragon [Big Bang] - (c) cadeau de Hyunnie-chou d'amour ♥
♦ DC : Nop :P


T'as rien vu ! ;) [Satoru] Vide
MessageSujet: Re: T'as rien vu ! ;) [Satoru] T'as rien vu ! ;) [Satoru] Icon_minitimeMar 19 Avr - 18:52

H.J : Désolé du retard baby ._. Et en plus j’ai un peu raconté ma vie… u.u J’espère ce sera bien quand même et que ça te donnera des trucs à dire :X

Suo connaissait bien les hommes qui venaient de les arrêter. Il faut dire que le village était petit et qu’il n’existait qu’un seul commissariat avec toujours les mêmes policiers qui se relayaient à tout de rôle. C’était les parents de l’adolescent qui allaient être ravis d’apprendre que leur fils avait encore fait des siennes, même si cela ne les surprenait plus guère à chaque fois que le commissariat les appelait… Ils avaient beau faire la morale à Suo ce dernier recommençait à chaque fois ses conneries.. Les leçons de bonnes conduites à vrai dire ça lui passaient loin au dessus de la tête. Il faisait ce qu’il voulait, quant-il le voulait et rien ne pourrait l’empêcher de suivre ses instincts… Certainement pas une bande de types déguisés en poulets en tout cas ! Non mais sérieusement ils se croyaient intimident parce qu’ils portaient un uniforme de guignols ou quoi ? Pathétique ! En tout cas ce qui était certain c’est que demain au plus tard tout le monde dans le village serait au courant de l’incident.. c’est que les rumeurs s’ébruitaient vite dans un petit endroit comme celui-ci. Mais bon Suo n’en avait rien à faire… sa réputation de perturbateur n’était plus à faire, ni à prouver au sein de l’île. On le connaissait même jusqu’à Naha parce que là-bas aussi il avait l’habitude de visiter le commissariat. Il foutait son petit bazar partout où il passait et c’était ça qui était bon ! Ah si seulement Suo avait eu la chance d’habiter sur l’archipel Japonais il serait devenu une véritable star à scandales c’est moi qui vous le dis !

Les hommes confisquèrent le sac à dos de Suo et fouillèrent également ses poches avant de l’obliger à rentrer dans leur voiture de flics. En prenant place dans la bagnole les yeux de l’adolescent croisèrent son reflet dans l’un des rétroviseurs ; merde il avait vraiment une sale gueule… La moitié de son visage avait viré au violet et les contours d’un coquart commençait à se dessiner autour de son œil.. bon tant pis… il était quand même sexy comme ça ! -TRAIN- ça lui donnait un petit air de bad boy qui plairait assurément aux filles ! Suo ne dit rien durant le trajet, ce qui était assez étonnant venant de sa part… lui qui d’habitude était un vrai moulin à paroles ! Sauf que là il était entrain d’accuser le contre coup de sa bagarre et une certaine fatigue commençait à se faire ressentir.. En plus il savait que discuter ne servirait plus à rien à présent.

Une fois arrivé au commissariat Suo alla s’asseoir presque de lui-même sur une chaise tandis que Satoru s’assit à côté de lui. Si ce dernier semblait désorienté de se retrouver ici, l’adolescent lui ne s’en formalisait même plus. Il savait exactement ce qui allait se passer et ça le saoulait d’avance… Lentement un policier s’avança vers eux, allez bingo c’était parti pour l’interrogatoire ! Il commença d’abord par interroger Satoru, les policiers savaient déjà tout le concernant alors ils gagneraient du temps..
L’adolescent écouta d’une oreille ce que racontait l’autre mais à vrai dire ça ne l’intéressait pas vraiment de connaître son histoire. Il n’avait aucune sympathie pour ce type alors autant dire que sa vie il s’en foutait pas mal ! Il entendit néanmoins le mot « millionnaire » mais cela ne lui fit ni chaud, ni froid… il avait cogné sur un petit fils de bourge et alors ? Riche ou pas Suo n’en avait rien à fiche, il n’avait qu’à pas faire son malin devant lui un point c’est tout… Enfin au moins maintenant il comprenait d’où lui venait son côté lèche-cul ! Pff ce type était vraiment piteux jusqu’aux dents ! Ensuite le policier d’avança vers Suo mais l’interrogatoire fut beaucoup plus rapide..

POLICIER : « Nakatsuki Suo… décidément t’as toujours rien compris toi ! Pourtant on espérait que tu te calmerais avec l’annonce de ta maladie. Tu devrais pas mettre ta vie inutilement en danger comme ça.. D’ailleurs vous devriez tout les deux passer aux urgences demain. »

Suo roula de gros yeux, choqué. Non mais de quelle droit il se permettait de parler de sa vie privée à voix haute comme ça ? Et puis comment il le savait d’abord ?! Décidément les rumeurs allaient encore plus vite qu’il ne le pensait dans le village ! Toujours est-il que Suo n’aimait pas du tout ce que le flic venait de faire, violer ainsi ses secrets sans aucune retenue… L’adolescent n’aimait pas qu’on parle de sa maladie et à sa seule évocation il était partie au car de tour, se levant de sa chaise et s’avançant vers le flic, en hurlant comme un véritable fou furieux avec le reste d’énergie qui lui restait encore :

SUO : « Non mais ta gueule enfoiré ! Va crever sale flic de mes couilles, va crever ! »

Oh mais quel charmant langage… /BAM/ Rapidement deux autres policiers présents ce soir là dans le commissariat avait sauté sur Suo et l’avait amené loin de la pièce pour le calmer ; tandis que lui criait encore au loin des incessants : « Va crever, va crever ! » en se débattant comme un forcené, sans succès. Il n’avait plus assez de force pour ce genre de chose. En réalité le blond commençait à être vraiment fatigué et ceci ajouté à sa colère il pètait vraiment un plomb… Ce qui lui fallait c’était un endroit au calme pour se tranquilliser et ça les policiers l’avaient bien compris. Ils le mirent dans une cellule, seul en lui stipulant qu’ils viendraient le rechercher à minuit. De son côté Suo s’énerva encore un temps en criant dans le vent et en tapant contre les murs malgré ses membres qui le faisaient atrocement souffrir avant de s’écrouler sur son petit lit d’infortune et de sombrer dans un profond sommeil, complètement vanné.

Les policiers joignirent les tuteurs respectifs des deux adolescents mais pour ce qui est de Suo ils tombèrent sur sa sœur cadette qui les informa que monsieur et madame Nakatsuki s’étaient rendus à Naha et étaient de ce fait absents pour toute la soirée et une petite partie de la nuit. Ils prirent alors la décision de ne pas les déranger pour ce soir (à force les policiers commençaient à les connaître et éprouvaient de la compassion envers eux d’avoir un fils comme Suo..) et conduiraient les deux adolescent à l’auberge du village où ils passeraient la nuit.

Suo dormait depuis un bon moment lorsqu’il se fit réveillé –avec bien peu de douceur- par un des policiers. Ce dernier lui expliqua brièvement la suite des opérations et le fait qu’il allait passer la nuit à l’auberge de Naha. Ensommeillé Suo ne comprenait pas réellement ce qu’il lui racontait et se contenta de lui suivre en traînant les pieds. Le lit sur lequel il avait dormi n’était pas des plus douillets et en plus de ses douleurs il ressentait maintenant de violentes courbatures. Le policier et le garçon passèrent devant Satoru qui s’était également endormi sur la chaise où il avait subit un interrogatoire plus tôt dans la soirée et le policier le réveilla également. Suo ne lui accorda même pas un regard, il était bien trop dans le brouillard pour se re-lancer dans une quelconque joute remplie d’animosité. Vive la tête dans le cul o/ Ensuite le policier traîna les yeux adolescents (ou devrais-je dire morts vivants ?) vers la voiture et leur demanda de s’asseoir gentiment à l’arrière ; ce qu’ils firent sans discuter étant donné qu’ils n’étaient pas trop en état de contester et que l’un comme l’autre semblaient pressés que cette histoire se termine…

Le balancement de la voiture assomma de nouveau Suo qui replongea rapidement dans le sommeil. Un virage serré et l’adolescent tomba de tout son long sur Satoru qui s’était également endormi. Inconsciemment le blondinet se blottit contre le brun et passa ses bras autour de lui (câlin somnambulique que je t’avais promis o/ -TRAIN-). Bientôt la voiture arriva à destination et le policier descendit de la voiture avant d’aller ouvrir la porte arrière et de lancer un regard de travers aux deux jeunes hommes encore endormis :

POLICIER : « Vous jouez à quoi ? Vous vous tapez d’abord dessus et ensuite vous tombez dans les bras l’un de l’autre ? Enfin moi je préfère ça cela dit, mais pensez-y d’abord la prochaine fois ça nous évitera tout ce cirque au commissariat. Non mais sérieusement vous pensez que j’ai que ça à faire moi ! »

Hein, gné ? Suo ouvrit doucement les yeux tandis que la grosse voix du policier lui parvenait aux oreilles. Qu’est ce qu’il racontait ? Se tomber dans les bras ? o_O Soudain le blond réalisa qu’il était complètement écroulé sur le corps de Satoru et se releva vivement. Merde ! Ensuite il lui lança un regard noir comme si c’était de sa faute alors qu’il s’avait très bien que c’était de la sienne et sortit rapidement de la voiture, sans un mot. Il ne pouvait rien dire parce que c’était bel et bien lui qui était tombé sur Satoru et s’empressa de quitter le véhicule afin « d’étouffer l’affaire » avant que le brun se mette à rouspéter. Il n’avait pas la tête à se relancer dans une dispute… Une fois dehors Suo étira ses jambes et ses bras pour les dégourdir et réclama au policier qu’il lui rende ses affaires, ce qu’il fit. Le jeune adolescent récupéra surtout son portable avec bonheur et remarqua le nombre de messages qu’on lui avait laissé. Mince… C’est vrai qu’il était sensé aller à une fête ce soir ! Mais si vous vous rappelez ? C’était même lui qui était chargé de ramener l’alcool et bla bla bla… viens ensuite la dispute avec Satoru, vous vous souvenez ?! Bon parfait ! :D
Doucement Suo s’éloigna un peu de la voiture et lorsqu’il le remarqua le policier l’attrapa immédiatement par le col du t-shirt :

POLICIER : « Hé Oh où tu vas comme ça ? »

SUO : « Téléphoner à mon meilleur ami, j’ai plus le droit ? »

POLICIER : « Si, mais fais vite et t’éloignes par trop ! »


Suo leva les yeux au ciel et composa rapidement le numéro de Tatsuya avant de porter son téléphone à son oreille. Il grimaça lorsque l’engin effleura sa joue gonflée et bleutée mais sa mauvaise humeur disparue à l’instant où la voix de son meilleur ami résonna à l’autre bout du fil. Immédiatement il se mit à lui débiter un tas de trucs incompréhensibles et se plaignit comme un bébé dans le téléphone. En fait il ne laissa quasiment pas le temps à Tatsuya de parler mais ce n’était pas grave, il avait juste besoin de décompresser et d’évacuer un bon coup et Tatsuya était la première personne qui lui avait traversé l’esprit… Il n’y avait personne de mieux placer que lui pour le calmer et pour le raisonner, quitte à lui gueuler un bon coup dessus… Tatsuya était la seule personne à avoir le droit de remettre Suo à sa place, tout les autres ils vont se faire voir… o/

Soudain le policier rappela Suo et ce dernier du raccrocher à contre cœur. Lorsqu’il retourna vers la voiture il remarqua Satoru en était sorti à son tour et que l’aubergiste les avait rejoint. Cette dernière n’arrêtait d’ailleurs pas de jeter des coups d’œils inquiets sur les bleus des deux adolescents.. Pfff…

POLICIER : « Bon alors comme je disais à ton collègue Yamada, Madame Sataki vient de nous apprendre qu’il n’y avait plus de chambre disponible pour toi Nakatsuki alors tu devras partager celle de Yamada. Mais d’après ce que j’ai pu voir dans la voiture vous vous êtes réconciliez alors cela ne devrait pas poser trop de problème ! Tenez vous à carreaux et n’allez pas déranger madame Sataki ! »

Suo ouvrit de grands yeux : partager sa chambre avec Satoru ? Oh il ne manquait plus que ça… Généralement quand Suo partageait sa chambre avec un mec ce n’était jamais innocent, si vous voyez ce que je veux dire… Mis à part lorsque c’était avec Tatsuya, c’était l’un des seul mecs avec qui il dormait sans pensées tordues derrière.. quoi que parfois il fallait bien avouer que des idées pas très catho lui traversaient l’esprit -TRAIN-. Mais là Satoru était loin d’être un de ses amants, il était même tout l’inverse ! D’un air boudeur Suo croisa les bras et gonfla les joues.

SUO : « Non mais… je veux pas partager une chambre avec.. lui ._. »

Ronchonna t-il, même si il savait qu’il y avait bien peu de chance pour que le policier tienne compte de ses protestations.. Après le Suo en pétard et bagarreur, faîtes place au Suo bébé, capricieux et tout boudeur… YEAH, vive moi o/ -TRAIN-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Famous

♦ messages : 329
♦ ici depuis le : 30/03/2011
♦ avatar : Lee Jun Ki
♦ pseudo : Madara
♦ DC : Kohara Sora


T'as rien vu ! ;) [Satoru] Vide
MessageSujet: Re: T'as rien vu ! ;) [Satoru] T'as rien vu ! ;) [Satoru] Icon_minitimeVen 22 Avr - 18:42

HJ — Don't worry guy ! De mon côté c'est hyper naze et mal écrit, je m'excuuuse @_@

Satoru restait assis droit comme un piquet sur sa chaise. Il était mécontent de se trouver ici, surtout que respecter la loi était d'une importance capitale à ses yeux. Et voilà qu'un cause d'un frustré de la vie, il se retrouvait face à un gardien de l'ordre qui le traitait comme un suspect ! L'autre idiot allait avoir de ses nouvelles.
Le jeune tôkyôïte en avait terminé avec l'interrogatoire. C'était maintenant au tour de Suo - maintenant il savait son nom, à cet imbécile - qui se la jouait je-m'en-foutiste, négligemment assis sur sa chaise. Mais son adversaire se fit descendre dès les premiers mots. Satoru haussa un sourcil à l'évocation du mot maladie, mais ne fit rien d'autre. Ça on le savait déjà, que c'était un cinglé... Et visiblement cette vérité semblait déplaire à Suo, qui chargea le policier comme une maman éléphant, en hurlant des choses que Satoru ne comprit pas. Il resta tranquillement en place, les policiers se chargèrent du demeuré. Le pauvre chou... Vraisemblablement, Suo ne savait pas faire face aux réalités de la vie, et se dissimulait derrière l'apparence d'un type cool (ou naze, ça dépend du point de vue).

Il ne le regarda même pas lorsqu'il fut emmené en cellule pour se calmer. Le policier sauvagement agressé par la tornade blonde revint auprès de Satoru, toujours aussi indifférent. Il passa les coups de fil devant lui, et préféra appeler le frère aîné de Satoru, Satoshi, qui habitait ici pour l'été, plutôt que de déranger ses parents loin de là. Aussi Satoshi fut-il informé de la situation, et ce dernier approuva la décision des policiers (oui, c'était un lèche-cul comme Satoru, c'était de famille...). Il sermonna Satoru deux minutes puis raccrocha. Le policier s'éclipsa pour faire on ne sait quoi, et le jeune homme se retrouva seul, toujours attaché. La tête dodelinante, il dormait déjà.
Satoru fut réveillé sans ménagement par le policier. Suo se trouvait déjà avec lui, et ils durent avancer vers la voiture sans discuter. De toute façon, ils étaient bien trop fatigués et dans l'incapacité présente de batailler. Direction l'auberge...

Le trajet dans la voiture de police ne fut ni court ni long. Satoru s'était endormi au bout de deux minutes, la tête penchée vers la fenêtre suivant les mouvements du véhicule. Les différentes altercations entre les deux jeunes gens devaient les avoir épuisés, aussi le blond ne fit pas long feu. Le seul hic, c'est que ce dernier semblait habitué à dormir avec une peluche ou n'importe quoi, et ce fut Satoru qui servit de matelas-coussin-peluche etc. Mais le jeune homme ne sentait pas que quelqu'un s'était endormi sur lui, et rêvait qu'il était en train de boxer une certaine personne aux cheveux blonds, assez mignon... Et, hein ? Satoru fut brusquement réveillé par le voix tonitruante du policier. Il eut un mal fou à ouvrir grand les yeux et regarda d'un air perdu autour de lui. La voiture s'était arrêtée, et... et... Il se vit dans les bras de Suo. HEIN ?! Fort heureusement, le blond s'écarta bien vite fait et lui lança un regard noir. Non mais oh ! C'était lui le fautif ! Satoru lui jeta un regard assassin et descendit du véhicule, furieux, le visage fermé.

Suo était plus loin et parlait au téléphone. Il ne se préoccupa pas de lui et suivit le policier jusqu'à retrouver l'aubergiste. Cette dernière le fixait - ou plutôt fixait ses bleus et son nez amoché - d'un oeil inquiet. Satoru haussa les épaules et se désintéressa de la conversation, jusqu'à ce que le policier lui annonce THE big nouvelle. « Nakatsuki dormira dans ta chambre, vu qu'il n'y en a plus de disponible. » KOAAAA ? Satoru regardait le policier comme s'il lui avait demandé de se jeter du haut d'une falaise. Ah, ah non ! Il n'en serait donc jamais débarrassé, de ce frustré ?
Ce dernier arriva auprès d'eux, et le policier le mit aussitôt au courant. Sa réaction fut immédiate et tellement prévisible que Satoru faillit lui rire au nez. On aurait dit un bébé auquel on aurait refusé son biberon ! Le jeune homme préféra ne rien dire, il avait envie de s'asseoir et siroter un thé pendant que Suo se faisait remonter les bretelles par le policier.

« Maintenant ça suffit, Nakatsuki ! Tu vas faire ce qu'on te dit et tu as intérêt à calmer, sinon ça va vraiment chauffer pour ton matricule. Madame l'aubergiste ici présente t'accueille déjà, aie gratitude envers elle. De plus je crois me rappeler que c'est bien toi le responsable premier de cette bagarre, aussi tu n'as plus aucun droit, ni celui de parler, de répondre ou quoi que ce soit, c'est bien clair ? Cesse de te comporter comme un enfant. »

Satoru jubilait intérieurement. Par contre, il n'avait pas prévu la suite. Le policier avait remarqué à quel point Satoru insupportait Suo, aussi pour faire bonne mesure... il décida de faire quelque chose d'étonnant. Il sortit des menottes, en attachant un au poignet. Puis il fit signe à Satoru de s'avancer. celui-ci recula de principe, mais le second policier le fit bondir en avant de force. Clac ! En quelques secondes, voilà Satoru attaché à Suo, et Suo attaché à Satoru. Leur tête devait être impayable, car les trois adultes se mirent à rire.

« Allez, je pense qu'une petite cohabitation vous invitera à bien réfléchir. Je prends la clé avec moi, et moi seul déciderait quand vous enlèverez ces menottes. Maintenant, on va aller voir votre chambre. »

Lugubres, ils emboîtèrent le pas au premier policier et à l'aubergiste. Rah, Satoru connaissait déjà sa chambre, c'était bon ! L'idée de toucher Suo, même si ce n'était qu'avec un doigt, le révulsait. Il prit bien garde de maintenir sa main de sorte à qu'elle n'effleure pas la sienne. Non mais quel bazar, je vous jure !
Ils entrèrent dans la chambre de Satoru, ni petite ni grande... Mais avec un seul lit, évidemment. Satoru ravala des paroles bien senties envers tout le monde. Et comment il allait faire pour se déshabiller, aller au toilette, prendre sa douche, ce genre de choses ?! Quel merdier. Le mot « furie » n'était pas assez fort pur décrire ce qui bouillonnait en lui. Et impossible de s'enfuir ou n'importe quoi, puisqu'il était attaché à l'autre, les fenêtres ne s'ouvraient qu'en haut, et l'aubergiste tenait dans sa main une clé, très certainement celle de la chambre.
Trois minutes plus tard, ils étaient seuls dans la chambre. Satoru soupira.

« Putain, pourquoi est ce qu'on m'a collé un demeuré dans ton genre ?! MERDE. »

L'entraînant sans ménagement, Satoru s'assit sur son lit. Il était épuisé, il n'avait qu'une envie c'était dormir, ses bleus et plaies lui faisaient mal, et il avait avant tout besoin de se ressourcer. Mais la douche c'était rapé, il n'allait certainement pas proposer une chose pareille à ce ... ce... Il ne trouvait même plus de mot pour qualifier le blond.
Mais il ne résista pas à l'envie de le titiller une dernière fois, au moins.

« Alors, une maladie hein ? Tu m'en diras tant. Évite de clamser cette nuit, j'ai pas envie de porter un poids mort... »

Et maintenant... Ils faisaient QUOI ? La nuit allait être bien longue... Satoru en avait déjà plus qu'assez.

_________________
    T'as rien vu ! ;) [Satoru] 2628481
    山田睦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cloud.asiat-world.com/

Inhabitant

♦ messages : 455
♦ ici depuis le : 29/03/2011
♦ avatar : Kwon Ji-Yong; G-Dragon [Big Bang] - (c) cadeau de Hyunnie-chou d'amour ♥
♦ DC : Nop :P


T'as rien vu ! ;) [Satoru] Vide
MessageSujet: Re: T'as rien vu ! ;) [Satoru] T'as rien vu ! ;) [Satoru] Icon_minitimeJeu 28 Avr - 16:10

POLICIER; « Maintenant ça suffit, Nakatsuki ! Tu vas faire ce qu'on te dit et tu as intérêt à te calmer, sinon ça va vraiment chauffer pour ton matricule. Madame l'aubergiste ici présente t'accueille déjà, aie gratitude envers elle. De plus je crois me rappeler que c'est bien toi le responsable premier de cette bagarre, aussi tu n'as plus aucun droit, ni celui de parler, de répondre ou quoi que ce soit, c'est bien clair ? Cesse de te comporter comme un enfant. »

De la gratitude ? Non mais et puis quoi encore ! Suo n’était pas quelqu’un qui éprouvait facilement de la gratitude alors pour si peu… fallait pas rêver non plus ! Surtout que ce n’était pas comme si cette situation lui plaisait ! Il aurait préféré rentrer chez lui tranquillement (ou plutôt se rendre à sa fête) au lieu de devoir passer la nuit dans cette foutue auberge en compagnie de cet abruti de Yamada ! La poisse, et dire que tout ça était parti d’une simple bagarre sur la plage… depuis quand n’avait-on plus le droit de se taper sur la gueule sans qu’on vienne nous emmerder, hein ? Si on ne pouvait même plus être libre de ses mouvements maintenant… Surtout qu’aucun des deux jeunes pris dans cette bagarre ne semblait s’être plaint il me semble !? Alors il était où le problème ? Trouble de l’ordre publique ? Pfff… que c’était mal trouvé ! Si les plagistes étaient choqués pour si peu alors ils avaient qu’à regarder ailleurs et voilà ! Est-ce que Suo allait se plaindre lui quand il voyait une vieille avec la peau toute flétrie s’exhiber en maillot deux pièces sur la plage ? Non ! Pourtant ça aussi c’était choquant, vous pouvez me croire, voir limite traumatisant… Non mais pourquoi est-ce que les gens allaient toujours s’occuper de ce qui ne les regardaient pas, hein ? Comme ce navet de Yamada par exemple… Et bah maintenant au moins il sera où cela mène de venir saouler les autres et d’apporter son grain de sel dans des histoires qui n’étaient pas les siennes ! Suo était au moins satisfait pour ça : Satoru avait voulu joué au plus malin cependant le blond n’était pas prêt d’oublier la tête qu’il avait tiré lorsqu’on l’avait amené au commissariat ! Il n’en menait pas large pour le coup le jeune cafteur ! Finalement son imbécillité lui était retombée sur la tête et c’était tant mieux pour lui ! Ce type était vraiment pathétique… enfin bon ça ce n’était plus une nouvelle..

SUO; « Et toi cesses de me crier dessus d’aussi prêt pauvre attardé, tu me postillonnes à la figure! »

Suo n’aimait pas qu’on lui dicte sa conduite, encore plus quand c’était un pauvre type en uniforme qui lui disait ce qu’il avait le droit de faire ou de ne pas faire. L’adolescent n’allait certainement pas laisser un naze dans son genre décider pour lui ! Si il avait envie de parler, il parlerait , un point c’est tout !
Toutefois le policier ne sembla pas apprécier que le blond zappe ainsi son autorité et menotta Suo sans que ce dernier n’ait eu le temps de réagir. Ensuite le second policier força Satoru à se rapprocher et il se retrouva également attaché par l‘autre chaînant de la paire de menottes. Après quoi les trois adultes se mirent à rire, visiblement très amusés par la tournure que prenaient les événements. Suo fixa un instant son poignet prisonnier avant de leur lancer un regard assassin, lui il ne trouvait pas ça drôle du tout et selon lui les flics outrepassaient carrément leur droit ! A ce stade là ça relevait plutôt du sadisme si vous voulez mon avis.. Les flics s’amusaient à rendre la vie impossible aux deux adolescents ! Ca devait les faire jouir le soir dans leur lit d’imaginer les deux ennemis jurés en galère avec leurs menottes… sais pas’.. Enfin en tout cas c’était un drôle de délire, un peu malsain sur les bords… Après tout en y réfléchissant bien ils n’avaient rien fait de réellement grave qui justifia qu’on les menotte comme de vulgaires criminels.

POLICIER ; « Allez, je pense qu'une petite cohabitation vous invitera à bien réfléchir. Je prends la clé avec moi, et moi seul déciderait quand vous enlèverez ces menottes. Maintenant, on va aller voir votre chambre. »

Suo observa le policier psychopathe ranger ses clefs au fond de sa poche et un air de semi-dégoût s’afficha sur son visage. C’est qu’il y avait vraiment des gens tordus sur la planète ma parole… Ce type là jubilait parce qu’il avait capturer deux jeunes ados’ et qu’il s’était donné la main mise sur leur sort, vous trouvez ça parfaitement normal vous? Suo du se mordre l’intérieure de la lèvre pour se retenir de lui cracher au visage et lui emboîta lentement le pas en direction de l’auberge, l’autre idiot marchant à ses côtés.

Lorsqu’ils pénétrèrent dans la chambre de Suo celui-ci ne fut même pas étonné de voir à quel point la pièce était impeccablement rangée. Rien à voir avec celle du blondinet qui était constamment en bordel, mais de la part de quelqu’un comme Satoru c’était prévisible… Il avait l’air d’être quelqu’un appréciant l’ordre et ce dans tous les domaines que ce soit. Ainsi lorsque Suo s’était permis de faire une petite entorse au règlement en dérobant quelques bouteilles d’alcools cela n’avait pas plu au brun.. Il n’y avait qu’à voir la tronche qu’il tirait au poste de police pour se rendre compte qu’il n’avait pas l’habitude de ce genre de débordement ! Lui il devait avoir l’habitude de mener une existence bien rangée d’où l’ordre dans sa chambre qui reflétait son mode de vie… Une vie sans suspens, sans éclate, sans retournement sa situation… l’emmerde totale quoi ! Enfin rien de bien étonnant de la part d’un lèche cul de service… Sur ce point les deux jeunes adolescents étaient les extrêmes opposés ! Suo lui pensait à s’amuser avant tout autre chose, contournant bien trop souvent les règles qui représentaient un frein à son épanouissement.

Les deux policiers et l’aubergiste leur souhaita une « bonne nuit » et quittèrent à tour de rôle la chambre de Satoru. Après quoi Suo entendit la clef tourner dans la serrure. Les voilà enfermés, super ! Ce qui voulait dire que même si ils parvenaient à se détacher (ce qui semblait peut-être probable quand même mais bon…) il serait de toute manière obligés de rester coincer ici avec l’autre tête de con ! Ôh joie ultime… -___-‘ (PTDR C’est l’amour ! XD)

SATORU ; « Putain, pourquoi est ce qu'on m'a collé un demeuré dans ton genre ?! MERDE. »

Pardon ? Etait-il entrain d’oublier que tout cela était de sa faute ! C’est lui qui était venu chercher des poux dans la tête de Suo au départ ! Si il n’avait pas fourré son gros pif cassé (haha-bien fait ! *BAM*) dans les affaires du blond il n’en serait pas là maintenant !
Après quoi Satoru alla s’asseoir sur son lit, traînant le blondinet derrière lui. Heureusement que les policiers ne l’avaient pas menotté avec le bras qui lui faisait mal, c’était au moins ça de gagner… Il avait encore son bras droit de libre et c’était tant mieux étant donné que c’était celui dont-il faisait le plus usage. Pour ce qui était de Satoru le blondinet espérait au fond de lui que ce dernier soit également droitier, histoire de bien lui faire les pieds ! Bon d’accord c’était une attitude de gamin mais au point où ils en étaient n’importe quels petits trucs pouvant faire chier Satoru était un petit lot de consolation pour le blondinet…

SATORU ; « Alors, une maladie hein ? Tu m'en diras tant. Évite de clamser cette nuit, j'ai pas envie de porter un poids mort... »

En attendant les mots du brun Suo lui lança un regard assassin. Il n’aimait pas qu’on aborde ce sujet… mais au moins il appréciait le fait que Satoru ne le prenne pas en pitié et se radoucisse à son égard sous prétexte qu’il était malade.

SUO ; « C’est vraiment très courageux de ta part de me vanner alors que tu sais très bien que je suis attaché et que je pourrais plus rien te faire, tsss… tapette.»

Suo souffla d’exaspération et entreprit de détacher les lanières de son sac à dos d’une seule main (vive les sacs Eastpak ! *BAM*). Quant-il il parvint il fit glisser le sac le long de son bras libre avant de le poser sur le lit et de se pencher pour fouiller dans la poche avant. C’est fou comme tout est plus dur à faire dès que l’on est handicapé d’une main ! Lentement Suo trouva ce qu’il cherchait, son paquet de clopes duquel il en extirpa une et la coinça entre ses lèvres avant de partir à la recherche de son briquet cette-fois ci. Lorsqu’il mit la main dessus il grilla rapidement sa cigarette avant de le ranger dans la poche arrière de son jean et de virer le sac du lit avant de s’asseoir aux côtés de Yamada. A tous les coups ce dernier allait lui faire une remarque sur le fait qu’il était entrain de fumer dans sa chambre… Suo l’attendait gros comme une maison. Ouais et bah… qu’il aille se faire voir ! Déjà que c’était de sa faute si ils se retrouvaient ici à se faire chier comme des rats alors qu’il laisse au moins au blond le dernier plaisir qui lui restait encore !

Tout en tirant sur sa cigarette le jeune homme sentait la fatigue le saisir de nouveau seulement il ne voyait pas trop comment il pourrait s’endormir dans ces conditions… La seule solution qu’ils se présentaient aux deux adolescents étaient qu’ils s’allongent, serrés l’un contre l’autre sur ce lit étroit et qu’ils dorment comme ça… Seulement à tous les coups Satoru ne serait pas d’accord de dormir tout contre le blond. Pourtant plus vite ils s’endormiraient, plus la nuit passerait vite et plus rapidement il en aurait terminé avec cette histoire. C’est ce qu’ils désiraient l’un comme l’autre non ?

Suo coinça sa cigarette entre ses lèvres et se pencha légèrement en avant pour défaire les lacets de ses chaussures. Ensuite il les retira à l’aide de ses pieds et s’assit du mieux qu’il put en tailleur sur le lit, en calant son dos contre les coussins de Satoru. Il se frotta doucement les yeux qui commençaient à piquer à l’aide de sa main libre avant de reprendre sa cigarette entre ses doigts fin et de s’adresser au brun :

SUO ; « On ferait mieux de dormir j’pense.. On sera plus vite demain et on sera plus rapidement libérés l’un de l’autre.. »

Maintenant Suo espérait que Satoru ne ferait pas trop d’histoire et qu’il s’allongerait parce que le blond commençait sérieusement à avoir mal au bras gauche à force de le garder tendu vers le brun. Désormais Suo était totalement crevé et il désirait dormir. Bien évidemment il en voulait toujours à Satoru mais puisque la situation ne leur laissait pas l’opportunité de se battre autant dormir…

SUO ; « Ca m’enchante pas plus que toi de devoir dormir avec toi alors inutile de venir me casser les oreilles à ce sujet… parce que j’te sens venir d’ici ».

Sur ce Suo tira une dernière latte sur sa cigarette et se pencha pour l’écraser sur le dessous du lit. Ensuite il abandonna son mégot sur le sol ainsi que toute la cendre qui s’y était accumulée.. Ôh sacrilège un peu de bordel dans la chambre si bien rangée de Yamada… ralala ! Bah il n’aurait plus qu’à ranger ça demain, quant-on les aura détacher. D’ailleurs en parlant de lui il se décidait à aller dormir oui ou merde ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Famous

♦ messages : 329
♦ ici depuis le : 30/03/2011
♦ avatar : Lee Jun Ki
♦ pseudo : Madara
♦ DC : Kohara Sora


T'as rien vu ! ;) [Satoru] Vide
MessageSujet: Re: T'as rien vu ! ;) [Satoru] T'as rien vu ! ;) [Satoru] Icon_minitimeVen 29 Avr - 11:24


Il était rare que Satoru ressente une pareille lassitude. Tout à coup, il en avait marre d'absolument tout : de ce fichu Nakatsuki, d'être coincé sur cette île, de la chaleur, de ces menottes, de cette auberge... de cette situation dans laquelle il avait été embarqué. Si Nakatsuki avait eu l'intelligence de ne pas le suivre et le lui foutre la paix, ils n'en seraient pas là. Mais le mot « intelligence » rimait mal avec le caractère du blondinet. Et cette fatigue qui le plombait complètement... Satoru avait les membres lourds, les paupières creuses. Il ne s’endormait jamais aussi tard. De plus, tous ces évènements avaient bousculé ses rituels du soir. Habitué à la solitude, le jeune homme marquait ses soirées par plusieurs choses qui le détendaient avant de dormir. Mais avec Suo attaché à lui, rien n’était plus possible, et il s’en trouvait contrarié. Satoru qui aimait tant se rouler en boule, ou s’étendre en travers de son lit, s’étirer ne pouvait plus rien faire d’autre que d’esquiver le mieux possible Nakatsuki. Galère...
Satoru posa son sac en bandoulière sur sa chaise de bureau, tandis que Suo exécutait une torsion pour enlever le sien.

« C’est vraiment très courageux de ta part de venir me vanner, alors que tu sais très bien que je suis attaché et que je pourrais plus rien te faire, tss... Tapette. »
Satoru haussa les sourcils. « Tapette ? Tu t’es regardé avant, espèce d’alcoolique du dimanche ? »

Non mais vraiment. Nakatsuki parvenait à se contredire lui-même... Décidément, il ne réfléchissais pas assez (ou il ne savait pas réfléchir, c’était aussi une possibilité). Alors que Suo se penchait en avant pour fouiller dans son sac, Satoru se renversait en arrière pour attraper son portable posé sur une étagère au-dessus du lit. Pas pratique, le jeune homme était droitier, et malgré des années de pratique de guitare, la main gauche restait plus maladroite. Il fit tomber le portable par terre, grommela un juron et se redressa. Il tomba nez à nez avec Nakatsuki... qui tenait une cigarette allumée à la main.
Satoru ferma les yeux. Longtemps, presque une minute, sans rien dire, ni faire. Il les rouvrit mais ne dit toujours rien. ll se contenta d’ignorer et contempla le parquet avec cette expression d’indifférence qui le caractérisait. En fait, le jeune tôkyôïte ravalait sa colère. Ce type n’avait aucun notion du respect et se prenait pour quelqu’un qui n’était pas. Ce n’était qu’un petit blond frustré, qui cherchait à se faire remarquer avec des grands gestes, en contredisant la loi... Et il ne parvenait qu’à se faire passer pour un petit voyou de bas étage, dépourvu de cette qualité humaine, la pensée. Nakatsuki Suo n’était que du vide, du rien, du vent. Quelqu’un de désolant par sa bêtise.

Aussi Satoru préféra ne rien dire. De toute façon l’autre n’aurait rien compris. Il resta immobile, alors que Suo se démenait et s’agitait dans tous les sens pour retirer ses chaussures. Il prit ses aides sur le lit, toujours cette fichue cigarette à la bouche (il avait l’air vulgaire, et idiot... Le pire c’est qu’il ne s’en rendait même pas compte). Satoru était exaspéré par un tel comportement, mais aussi décidé à l’ignorer.

« On ferait mieux de dormir j’pense... On sera plus vite demain et plus vite libérés l’un de l’autre... » Suo fit une pause et reprit. « Ça m’enchante pas plus que toi de devoir dormir avec toi alors inutile de venir me casser les oreilles à ce sujet... parce que j’te sens venir d’ici. »

Satoru leva la tête vers lui. Nakatsuki en profita pour terminer sa cigarette, l’écraser en dessous du lit et jeter le reste par terre. Ok, d’accord, Satoru pouvait se maîtriser, comme il venait de le faire ces dix dernières minutes. Mais là, c’était la goutte d’eau qui faisait déborder le vase. Il serra son poing gauche... qui finit moins d’une demi-seconde après dans le visage de Suo, lui infligeant un coup magistral. On entendit un léger craquement. L’énervement procurait au jeune homme un sursaut d’adrénaline, sa fatigue s’envolait tout à coup, sa rage prenant le dessus. Il plaqua Nakatsuki sur le lit, son nez saignait. Au moins là-dessus ils étaient à égalité - songea Satoru, ignorant la douleur qui lancinait son propre nez. Il lui maintint les poignets (assez facile grâce aux menottes) avant de s’asseoir sur lui, et le regarder dans les yeux.

« Maintenant, ça suffit. » La voix de Satoru était étonnement calme. Si sa colère était dense, il n’en laissait rien percevoir. « Sois tu le boucles et tu arrêtes tes conneries, sois je t’assomme, c’est clair ? J’en ai rien à faire que tu fumes ou que tu fasses le con pour te faire remarquer, mais je ne tolèrerais pas un tel manque de respect dans ma propre chambre, ok ? » Le ton de la voix de Satoru devint ironique. « Tu te prends pour un grand monsieur... Mais t’es rien qu’un sale frustré vide et sans personnalité, qui ressemble davantage à un petit voleur de bas étagé qu’à un type intéressant et cool. Pauvre rien. »

Honnêtement, Satoru n'aimait pas faire de discours, il trouvait cela inutile. Mais il avait aussi besoin de déverser sa colère dans quelque chose - la parole, en l'occurrence. Satoru desserra sa prise et se leva, son bras droit tendu à cause des menottes. Il n’en avait rien à faire que l’autre le traite de fils à papa ou n’importe quoi. Au moins, lui, il était lui-même, avec son sale caractère, ses manies, et oui, son fric. Si Nakatsuki était jaloux, c’était son problème. Satoru n’avait pas le temps de faire semblant ou de se mettre en avant. Il était devenu populaire dans son lycée parce qu’il était lui-même. Et il embêtait les autres parce que cela l’amusait. Point barre. Nakatsuki semblait incapable de cerner un tel caractère. Il ne cernait rien du tout de toute façon.
Le jeune homme retira ses chaussures et les rangea à bout de bras sous son bureau. Il n’allait pas changer ses habitudes pour l’autre demeuré, même s’il savait qu’il ne pourrait pas prendre de douche ou changer de T-shirt par exemple. Tss, Satoru aimait être propre. Enfin bon. Ignorant superbement Suo, il grimpa sur le lit, enjamba Suo et alluma son lecteur CD. Il ne mettait pas la musique très fort, juste assez pour qu’elle se diffuse agréablement dans toute la pièce. Il s’endormait avec une seule chanson répétée en boucle toute la nuit. En ce moment il était particulièrement attaché à une musique qu’il avait apprise avec son professeur de chant il y a quelques années. Il enclencha Közi — Honey Vanity et retomba sur le lit. Il se pencha pour récupérer son portable tombé sur le sol, lu un message venant de son frère ( « Sato-kun, ne recommence pas tes bêtises. Oyasumi petit frère. ») et remis l’engin sur l’étagère.

Nakatsuki avait néanmoins raison, il fallait dormir. Mais Satoru ne voulait pas dormir en jean. Bon, tant pis pour la pudeur (et malgré que le blond avait une tronche d’obsédé), le jeune homme retira son pantalon tant bien que mal, laissant apparaître un boxer aux couleurs neutres, et enfila un pantalon en tissu noir, assez fin. Mais avant de s’allonger, il avait encore quelque chose à faire. Il prit un mouchoir, ramassa les mégots, nettoya le dessous du matelas et jeta le papier dans la poubelle. Il était toujours aussi furieux contre Suo. Il étendit le bras - avec difficulté - pour éteindre le grande lumière. Il ne restait plus que la lumière de chevet.
« Bon », fit Satoru.
Il enjamba une nouvelle fois Nakatsuki pour se caler du côté du mur. Il regarda le plafond et demanda, neutre : « Tu bouges beaucoup, quand tu dors ? Histoire que je prévois la trousse de secours. »

Malgré tout, la nuit allait être longue.

_________________
    T'as rien vu ! ;) [Satoru] 2628481
    山田睦
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cloud.asiat-world.com/

Inhabitant

♦ messages : 455
♦ ici depuis le : 29/03/2011
♦ avatar : Kwon Ji-Yong; G-Dragon [Big Bang] - (c) cadeau de Hyunnie-chou d'amour ♥
♦ DC : Nop :P


T'as rien vu ! ;) [Satoru] Vide
MessageSujet: Re: T'as rien vu ! ;) [Satoru] T'as rien vu ! ;) [Satoru] Icon_minitimeSam 7 Mai - 17:03

Suo commençait à ressentir des fourmillements dans son bras gauche et n’espérait qu’une chose : que Satoru se dépêche de se coucher à côté de lui pour qu’il puisse enfin dormir ! D’ordinaire Suo n’était pas quelqu’un qui passait des heures et des heures dans son lit et si vous interrogez sa mère à ce sujet elle vous dira qu’elle avait un mal fou à l’envoyer se coucher étant gamin ; mais ce soir la situation était différente. Il voulait se coucher de manière à pouvoir passer rapidement à autre chose le lendemain ! D’habitude Suo jugeait que dormir était du temps de perdu mais dans ce cas là c’était des heures en moins de gagner à devoir supporter l’autre abruti de Satoru! Et ça ce n’était pas négligeable… Sans compter que Suo était vraiment exténué! Hé oui il lui arrivait d’être fatigué à ce petit, surprenant non ? Il fallait bien qu’il recharge ses batteries de temps à autre… En fait Suo c’était un peu comme des piles Duracell (paye ta comparaison o/), il avait une énergie très longue durée ce qui donnait l’impression qu’il était inépuisable mais lorsqu’il tombait à plat alors là.. Il ne répondait plus de rien ! Et c’était dans cet état qu’il se trouvait présentement. Ses paupières étaient lourdes de fatigue et il avait de plus en plus de mal à garder les yeux ouverts.

Mais, tandis que Suo attendait tout gentiment que Satoru vienne se coucher il se prit un coup de poing en plein dans le nez de la part de ce dernier. Quoi ? Nééééh ? Qu’Est-ce qu’il lui prenait à l’autre abruti de le frapper ?! C’était fini l’heure de la baston là ! Et bah apparemment non, pas pour tout le monde… Suo entendit son nez craquer et plaça instinctivement sa main libre devant son visage. Il ne put s’empêcher de retenir un cri sous l’effet de la surprise mais également de la douleur et bientôt sa vue se brouilla considérablement. Ensuite il se fit plaquer contre le matelas et Satoru retira sa main de devant son visage avec fermeté en bloquant les poignets du blond de chaque côtés de sa tête. Son nez l’élançait et Suo avait l’impression qu’il avait triplé de volume en l’espace d’un quart de seconde ! Il ne comprenait rien à ce qu’il venait de se passer… il était juste épuisé, à bout de nerfs et des larmes lui montèrent bientôt aux yeux qu’il essaya tant bien que mal de contenir. Suo n’était pas une chochotte non, c’est juste qu’il avait atteint le point de non-retour… vous savez lorsque vous êtes tellement fatigué, en colère, de mauvaise humeur (ect) que vous êtes irritable à l’extrême et que vous vous mettez à pleurer pour un rien ? Quoique un coup de poing en pleine gueule ce n’était tout de même pas ce qu’on pouvait appeler « rien ».. Suo ne voulait pas donner l’illusion qu’il était sur le point de s’mettre à chialer devant l’autre imbécile de Satoru seulement quand les nerfs vous lâchent on y peut malheureusement pas grand-chose~
Ensuite le blondinet sentit un poids sur son bassin et comprit que l’autre était entrain de lui grimper dessus. Suo était encore sonné et eut de ce fait un peu de mal à comprendre ce que Satoru essayait de lui dire, il capta néanmoins l’essentiel de son speech.

SATORU; « Maintenant, ça suffit. Sois tu le boucles et tu arrêtes tes conneries, sois je t’assomme, c’est clair ? J’en ai rien à faire que tu fumes ou que tu fasses le con pour te faire remarquer, mais je ne tolèrerais pas un tel manque de respect dans ma propre chambre, ok ? Tu te prends pour un grand monsieur... Mais t’es rien qu’un sale frustré vide et sans personnalité, qui ressemble davantage à un petit voleur de bas étagé qu’à un type intéressant et cool. Pauvre rien. »

Pff… alors décidément lui il n’avait absolument rien compris ! Si quelqu’un essayait de se prendre pour un « grand monsieur » ici ce n’était certainement pas lui ! Au contraire Suo ne cherchait pas à se prendre pour quelqu’un qu’il n’était pas, il vivait comme il l’entendait et c’était précisément ça que les gens n’aimaient pas… il ne rentrait pas dans le moule habituel : « élève studieux, casier vierge, travail au top, femme superbe.. ». Pour lui tout ça ce n’étaient que des conneries afin de se faire bien voir et de passer pour une personne respectable aux yeux des autres… Et si quelqu’un ici désirait se faire passer pour un type bien, un type parfait en respectant à la lettre tout ces principes débiles c’était bien Satoru ! Alors franchement c’était qui des deux le mouton de panurge « vide et sans personnalité » qui s’obstinait à faire exactement tout ce qu’on attendait de lui hein ? Y’a pas à chercher la solution bien loin… Pour ce qui est de « frustré » haha… laissez moi rire ! Suo était tout sauf frustré ! Il passait son temps à s’amuser et à faire tout ce qui lui chantait alors en quoi pourrait-il être frustré je me le demande !? De toute manière, les deux jeunes gens avaient une façon de voir les choses tellement opposée qu’il fallait mieux renoncer à les voir tomber d’accord dès à présent… Tout le monde n’est pas fait pour s’entendre que voulez-vous ~

Finalement Satoru lâcha les poignets de Suo qui en profita pour le pousser de dessus-lui en grommelant un « casse-toi! » avant de mettre sa main droite devant son nez pour recueillir le sang qui s’en échappait. Punaise il devait être beau comme ça… Au moins autant que Satoru avec son nez tout violet ! Quelle bande de nazes tout les deux j’vous jure -_-’ Doucement Suo se redressa, replia ses jambes sur son torse et enfouit sa tête entre ses genoux, la main toujours plaquée devant son visage. Ensuite il ferma les yeux, se mordit la lèvre inférieure et attendit que la douleur passe… A ses côtés Satoru ne cessait de bouger et le blondinet en avait assez d’être contraint d’agiter son bras dans tous les sens afin de suivre ses mouvements.

Au bout d’un moment une musique se fit entendre dans la pièce et quelques instants plus tard la lumière s’éteignit. Sayez Satoru s’était enfin décidé à dormir ?! Suo sentit le matelas bouger sous lui , signe que son rival venait de prendre place à côté de lui, sur le lit.

SATORU; « Tu bouges beaucoup, quand tu dors ? Histoire que je prévois la trousse de secours. »

Suo en avait marre d’entendre cet imbécile parler ! Pourquoi ne s’allongeait-il pas et ne s’endormait-il pas une bonne fois pour toute!? A croire qu’il avait envie de prolonger cette soirée è_é ! Et puis c’était quoi son allusion nulle à la trousse de secours là ? Ca faisait depuis hier qu’il se tapait sur la gueule sans panser aucune de leurs blessures alors ce n’étaient pas quelques petits coups de pieds ou de coudes dans la nuit qui allaient changer quelques choses! Alors si ce n’était pas ça, ça voudrait dire que c’était une… blague ?! Satoru faisait de l’humour maintenant, c’était nouveau ?! Non mais à quoi il jouait ? Il essayait de détendre l’atmosphère tout-à coup ou quoi è_é ?! Mais qu’il se couche et qu’il se taise cet imbécile !

Agacé Suo releva doucement la tête et observa la paume de sa main. Cette dernière était imprégnée de sang séché qui avait pris une couleur légèrement brunâtre entre temps. Ensuite il déplia doucement ses jambes et lança un regard assassin à Satoru. Il allait lui sommer de se taire et de dormir mais tout ce qu’il parvient à dire fut :

SUO; « Ahuu muuh huuu buuuh… » o.O

Ahem euh… oui tout à fait. Je parie que vous avez tous parfaitement compris o/ Non excusez moi ça n’a rien de drôle… C’était même tout le contraire en réalité. Pour revenir à ce que l’on disait tout à l’heure il y’avait bien une chose qui parvenait à frustrer Suo et cette chose c’était sa maladie. Il ne supportait pas quand cette dernière frappait à n’importe quel moment l’empêchant de faire ce qu’il voulait, comme à cet instant de s’exprimer librement par exemple. Oh oui il détestait ça à un point dont vous ne pouvez même pas vous imaginer… Ca c’était vraiment la goutte d’eau de trop.. Il était fatiguée, sur les nerfs, en colère, de mauvaise humeur.. ET EN PLUS sa maladie qui venait le faire chier maintenant ! Le pétage de plombs ne m’y pas longtemps à arriver…

Depuis le départ Suo était tel une bombe à retardement prêt à exploser à tout moment et bien, ce moment était arrivé. Violemment le blond se mit à taper des pieds sur le matelas avant de prendre sa tête entre ses mains et de se tirer les cheveux. Il se mit ensuite à crier et des larmes lui montèrent aux yeux. Il savait que l’autre abruti était entrain de l’observer et qu’il allait en profiter pour lui balancer toutes sortes de remarques mal venues à la tronche mais il ne pouvait pas se retenir… Suo était quelqu’un qui arrivait difficilement à garder ses émotions pour lui et qui avait besoin d’extériorisé. Ce n’est pas pour rien que la plupart des gens le voyait comme une personne extrêmement « extravertie ».

Suo détestait se sentir impuissant, impuissant face à sa maladie, impuissant face à la douleur qu’il ressentait au niveau de son nez, dans l’incapacité d’être maître de ses mouvements à cause de ses fichues menottes… Marre - marre - marre ! Pour finir le blondinet s’allongea sur le lit, tourna le dos au mur et à Satoru et enfouit sa tête dans le premier coussin qu’il lui tomba sous la main. Il essaya peu à peu de se calmer malgré que de grosses larmes coulaient à présent sur ses joues et trempaient l’oreiller… Il n’était même pas triste, non, juste… sur les nerfs.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




T'as rien vu ! ;) [Satoru] Vide
MessageSujet: Re: T'as rien vu ! ;) [Satoru] T'as rien vu ! ;) [Satoru] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

T'as rien vu ! ;) [Satoru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oumyou :: It's the End :: 
. Archives
-