AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
L'EVENT N°1 EST DESORMAIS OUVERT !!! RENDEZ-VOUS DANS LA CATEGORIE "PLAGE" PUIS DANS CELLE NOMMEE "EVENT N°1" ! BON JEU ♥️
Le forum a ouvert le 30 Mars 2011, n'hésitez pas à vous inscrire ! ♥️
De nombreux PV sont encore disponibles, mais vous pouvez incarner un perso inventé =)

Partagez|

Quelle poisse ! | pv - Akimoto Hana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité




Quelle poisse ! | pv - Akimoto Hana Vide
MessageSujet: Quelle poisse ! | pv - Akimoto Hana Quelle poisse ! | pv - Akimoto Hana Icon_minitimeDim 10 Avr - 23:32

La journée touchait à sa fin. Le soleil allait bientôt se coucher et c’est avec une pointe de regret que Seitarô quitta la plage. Il aurait bien aimé rester davantage afin d’admirer le spectacle, mais malheureusement il s’était assez prélassé pour aujourd’hui et beaucoup de travail l’attendait chez lui. Il fallait également qu’il se fasse à manger, et pour cela, il n’était pas le plus doué. C’était le genre de type qui avait tellement peur de rater son repas qu’il suivait avec une minutie presque maniaque la recette, revenant sur chaque ligne pour être sûr de pas oublier quelque chose. Mais au moins, ses plats étaient réussis avec le mal qu’il se donnait et on l’avait déjà félicité.
Je parlais de se prélasser, c’était vite dit. En fait aujourd’hui, Sei’ avait décidé d’avancer un peu dans ses recherches pour son prochain et premier roman. Et comme il réfléchissait beaucoup mieux sur le terrain qu’enfermé chez lui dans la pénombre, car il fermait à moitié les volets pour ne pas que sa maison se transforme en un véritable sauna, il s’était rendu à la plage en début d’après midi.
Il n’avait pas vu le temps passer et cela ne l’avait apparemment pas dérangé de passer la journée en plein soleil, pendant que les jeunes s’amusaient dans l’eau et que les familles surveillaient leurs progénitures.

Seitarô avait pris une journée de congé et cela lui avait fait un grand bien. Depuis qu’il avait repris sa profession d’avocat, les nouveaux clients s’étaient succédés à une vitesse affolante et le pauvre nippon n’avait pas vraiment eu une minute à lui. Et, alors qu’il avait pu faire la connaissance de l’un de ses clients, Nakatsuki Suo, il avait fallu que ce soit pendant qu’il était encore en train de travailler. Ainsi il s’était considérablement mis en retard car le blond s’était largement attardé chez lui et avait dû beaucoup travailler pour rattraper tout ça. Alors effectivement, ce jour de congé était tombé à pic.

Tenant son calepin où il inscrivait ses idées, des débuts de phrases, des petites intrigues et des annotations sur les personnages, il prit la route en direction du village qui n’était pas bien loin de la plage.
Seitarô écrivait en s’inspirant de l’histoire des tokyoïtes fraîchement débarqués ici une semaine plus tôt. A la base ils n’étaient pas au courant que l’île était coupée pendant le mois d’août, et avaient vu leurs vacances se prolonger. Sei’ eut une pensée pour l’un des enseignants à qui il avait eu récemment affaire, Yukimura Shun. Leur première entrevue n’avait pas été des meilleures, en toute sincérité. Il l’avait pris pour le kidnappeur de son élève, l’avait menacé d’une chaise, séquestré, envoyé sa photo à la police et j’en passe … Maintenant il voulait qu’il participe à l’enquête pour retrouver Kanna, proposition pour laquelle il n’avait pas donné de réponse parce qu’il était indécis. En effet, s’il acceptait, il allait s’attirer les foudres des villageois, déjà qu’ils l’avaient dans le collimateur. Mais il pouvait se rendre utile, et refuser pour satisfaire son confort et mettre peut-être une vie en danger n’était pas une option qui le ravissait . . . En bref, cette histoire lui torturait grandement l’esprit.

A force de se concentrer sur ses pensées profondes, il n’avait pas remarqué qu’il avait lâché son calepin sur la route et qu’il continuait à avancer sans.
Une brise légère vint agiter le débardeur blanc surmonté d’une chemise à manches courtes bleu ciel qu’il portait actuellement, le tout accompagné d’un jean court et d’une paire de tongs. Oui, à le regarder, avec ses cheveux en bataille pas du tout coiffé, son look d’adolescent et sa démarche hésitante, qui aurait deviné que se cachait un avocat derrière ce jeune homme ? Pas grand-monde sans doute. Après tout un avocat avait une démarche assurée, une allure classe, la tête haute, pas ce regard perdu dans le vide qu’il avait en ce moment. Mais au moins, pour le coup, Seitarô faisait réellement son âge. Parce qu’une fois qu’il entrait dans la peau de Nabeshima ben'goshi (avocat), Sei donnait l’impression d’avoir pris dix ans de plus.

Et puis soudain, il revint à la réalité. C’était sans doute le bruit de la fontaine de la place du village qui l’avait extirpé de ses pensées profondes. Il était déjà quasiment rendu chez lui et venait de s’apercevoir que son carnet n’était plus dans ses mains. Dedans, il y avait toutes ses notes, il n’avait aucun double, rien. Il était fragile, les pages s’étaient peut-être arrachées et envolées … Seitarô se mit alors à paniquer. Le fruit de son travail de ces dernières semaines allait partir en fumée avant qu’il ne puisse faire quoi que ce soit …
Et puis il entendit qu’on l’interpellait. Un peu familièrement, mais on l’interpellait. Ca ne pouvait être adressé qu’à lui, il était seul sur la place. Il fit volte-face, pour apercevoir une jeune fille qui marchait vers lui. Vu son âge, elle semblait être lycéenne. Ah, il était bien avancé si c’était l’une des tokyoïtes coincées ici, si on le voyait converser avec elle au beau milieu de la place du village …
Revenir en haut Aller en bas

Invité




Quelle poisse ! | pv - Akimoto Hana Vide
MessageSujet: Re: Quelle poisse ! | pv - Akimoto Hana Quelle poisse ! | pv - Akimoto Hana Icon_minitimeLun 11 Avr - 21:41

    Depuis 10 heures du matin jusqu'à 20h00, Hana avait trainé. En fait, elle n'avait pas mangé de la journée. Elle avait été trop emportée dans son livre du moment. Ce livre était vraiment superbe, l'histoire était banale, mais l'écrivain avait un talent vraiment spécial..Il faisait ressortir le caractère des personnages d'une façon superbe..Oui, elle adorait la lecture, et elle ne se lassait jamais des livres. Elle pouvait lire plusieurs fois le même bouquin sans se lasser.
    Ses genres fétiches étaient sûrement la science fiction et les thrillers. Elle n'aimait pas du tout le genre romantique, et à l'eau de rose. Disons que ce n'était pas pour elle.
    Vivre une histoire d'amour était complètement différent de ce qu'elle pouvait lire dans les livres. Les romans à l'eau de rose montraient surtout des choses irréelles..
    Il était vrai qu'elle n'était pas tombée amoureuse souvent, et quand elle l'était, elle ne tentait rien, la plupart du temps.
    Elle était capable de tenir tête à des gens, mais elle n'était pas capable d'avouer à quelqu'un ses sentiments. En fait, elle détestait parler d'elle, tout simplement.

    Pendant l'après midi , elle avait trainé avec Yuichi, ils avaient été en ville, puis étaient vite rentrés. Et finalement, elle s'était remise à son livre, puis avait ouvert la lettre qu'elle avait reçu.
    Son père lui donnait de ses nouvelles, et il lui annonçait une bonne nouvelle : il y avait de nouveau clients qui venaient au garage, et à ce rythme là , les dettes pourraient être remboursées rapidement.
    Cette bonne nouvelle lui avait donné du baume au cœur, et elle s'était dépêchée de marquer tous ses sentiments dans une lettre. Oui, quand même, il fallait bien envoyer quelques nouvelles.
    Avec tout cela, elle avait carrément oublié de dîner, même si son ventre gargouillait fortement par moment.

    A 19h30 elle avait décidé de sortir s'acheter un bentô au combini. Après tout, la nourriture était délicieuse ici. Enfin, quelque soit la région, tout était délicieux. Hana avait tout de même une préférence pour le tonkatsu, ou le katsu curry, mais les bentô étaient agréables en été. Elle n'aimait pas trop manger.

    Hana sorti donc de sa chambre, habillée d'un pantalon noir, et d'un t-shirt noir, lui aussi. Le noir était sûrement sa couleur préférée. Elle n'aimait pas trop les couleurs criardes tel que le jaune poussin ou l'orange.
    Elle restait toujours très simple dans sa façon de s'habiller, et ne cherchait pas à impressionner les gens..Et puis de toute façon, elle n'avait pas la carrure pour ça !

    Bref, quelques minutes après, elle était sorti du combini, avec un bentô dans un sac. Elle avait vraiment faim. Quelle idée de rester toute la journée à ne rien faire ! Mais après tout..A part la disparition de Kanna, et les recherches, il ne se passait rien du tout sur l'île..
    Rien que de penser à la disparition de la jeune fille, cela lui mettait la chair de poule...On avait encore aucune information sur elle, et on ne savait pas du tout si elle était encore en vie.

    Elle marchait tranquillement lorsqu'un homme passa devant elle, à une allure plutôt rapide. Cet homme avait l'air complètement perdu dans ses pensées..Et d'ailleurs il l'était tellement qu'il ne s'était même pas aperçu que son petit carnet était tombé.
    Hana se baissa, afin de ramasser ce carnet, mais en se relevant, elle vît que le nippon n'était déjà plus là . Et bien, il était rapide celui-ci !
    La jeune nippone posa un œil sur la devanture de sa trouvaille rapidement, mais sa curiosité pris le dessus, et elle tourna quelques pages. Et là , un mot la heurte "Kanna".. Kanna ? Elle s'attarda un peu plus sur ce fameux carnet.
    Il y avait des bouts de phrases incompréhensibles, des prénoms, des gribouillis.
    Mais le prénom « Kanna » l'avait complètement désarçonnée. Cet homme n'avait pas l'air d'être un lycéen , et c'était sûrement un habitant du village.

    D'ailleurs, elle était tellement fixée sur le carnet qu'elle ne s'était pas compte que cet homme avait rebroussé chemin.

    Hana leva les yeux, et tomba sur sa silhouette. Il avait l'air d'être assez jeune, et avait des cheveux noirs de jais, comme n'importe quel asiatique. Il était habillé d'une chemise bleu et d'un jean.
    L'adolescente ne su pas trop quoi faire, puis finalement, elle l'appela .

    «  Hé ! » S'écria t-elle , tout en s'approchant de lui. «  Je crois que c'est à vous... » dit-elle. «Mais..Kanna est une fille de notre classe qui a disparu.. Vous faites une enquête ou quelque chose comme ça ? » Demanda t-elle.

Revenir en haut Aller en bas

Invité




Quelle poisse ! | pv - Akimoto Hana Vide
MessageSujet: Re: Quelle poisse ! | pv - Akimoto Hana Quelle poisse ! | pv - Akimoto Hana Icon_minitimeMar 12 Avr - 23:18

Seitaro était assez paniqué par le fait d’avoir égaré son calepin si précieux. Non seulement toutes ses idées pour son roman étaient écrites dedans, mais en plus imaginez la réaction de la personne qui tomberait dessus ! Peut-être qu’on le prendrait pour un policier, ou un stalker si on avait de l’imagination ! Au pire, il pourrait toujours feindre l’ignorance en disant qu’il n’avait jamais vu ledit carnet pour se couvrir mais dans ce cas précis il ne pourrait pas récupérer son précieux objet.
Quel étourdi de première, franchement ! Il aurait pu le ranger plus soigneusement, par exemple dans la poche de son jean, après tout il ne prenait pas des masses de place. En le tenant dans sa main, perdu dans ses pensées, il l’avait fait tomber et voilà. Ce n’était pas bien malin.

Il retourna donc sur ses pas afin de voir à quel endroit il aurait pu disparaître. Il n’eut pas à faire un long chemin puisqu’il se retrouva nez à nez avec une jeune fille dont il aurait mis sa main à couper qu’elle était l’une des lycéennes venues de Tokyo en voyage scolaire. Elle ne souriait pas, mais un air surpris et curieux trônait sur son visage. Ce qui interpella Seitarô, était qu’elle tenait quelque chose entre ses mains et que ce quelque chose était son carnet. Il priait de toutes ses forces pour qu’elle l’ai juste ramassé après l’avoir vu le faire tomber, sans l’avoir lu, mais la curiosité était un vilain défaut chez la plupart des êtres humains et il n’espérait pas trop, de ce fait. D’ailleurs la tirade de la lycéenne vint confirmer ses doutes :

« Je crois que c'est à vous... Mais..Kanna est une fille de notre classe qui a disparu.. Vous faites une enquête ou quelque chose comme ça ? »

Seitarô se sentit soudainement mal à l’aise. Elle avait donc feuilleté le calepin au point de tomber sur le nom de sa camarade de classe. Donc elle venait également de lui confirmer qu’elle était bien une lycéenne de Tokyo. Embêté, il ne savait pas trop quoi faire. Il ne tenait pas à être aperçu en présence d’un de ces soi-disant touristes dans le cœur même du village, il avait assez eu d’ennuis récemment pour s’en rajouter de supplémentaires. Mais il ne pouvait pas non plus laisser celle qui venait de retrouver son bien sans réponse, ce serait terriblement impoli.
Il mit une main dans sa poche, et passa l’autre dans ses cheveux d’un air gêné.

« Effectivement ça m’appartient. »

Il tendit la main pour récupérer son carnet mais la jeune fille semblait ne pas vouloir le lui rendre tant qu’il n’aurait pas répondu à sa question. Zut alors … Que devait-il dire ? Elle avait l’air effarée que le prénom de sa camarade apparaisse autant de fois dans ce même calepin. Comment réagirait-elle s’il lui disait qu’il jouait les écrivains à heures perdues et que l’histoire des lycéens l’inspirait grandement pour son écrit … ?
Il se souvint alors de la proposition maladroit de Yukimura-san qui devait être son enseignant. Il se dit alors qu’il allait se servir de cet « alibi », même s’il n’était pas encore sûr de vraiment s’engager dans cette enquête. Mais il n’aurait certainement plus trop le choix, car s’il avouait sa participation à cette fille, cela finirait forcément par remonter aux oreilles des autres, c’était toujours comme ça dans les lycées.

« Ca ne se voit pas comme ça, je l’avoue », commença-t-il, « mais je suis avocat, et, ano … Votre professeur Yukimura sensei m’a demandé de l’aider à la recherche de votre camarade. »

Maintenant, Seitarô priait juste pour que l’inconnue n’ait fait que feuilleter le calepin, parce que si elle s’y était attardée –ce qui entre nous aurait été impolie, mais la nature ne refait pas l’être humain, elle aurait pu voir des bribes de scénarios, des phrases littéraires et tutti quanti … Et là il passerait pour un brave imbécile. Mais, comme il avait utilisé une histoire vraie, puisque Yukimura lui avait vraiment demandé son aide, il pourrait peut-être s’en sortir.
En tout cas cette jeune fille était drôlement franche et directe, elle lui avait ramené son carnet et lui avait demandé aussi sec s’il menait une enquête ou quelque chose qui s’en rapprochait au vu du nom de sa camarade dans le livret. Seitarô n’aimait pas trop que l’on se mêle de ses affaires, et même si en dehors du travail il faisait de son mieux pour faire son âge et être jovial et amusant, il restait quand même très discret sur sa vie privée et donc ne parlait que peu de lui et de ses activités personnelles. Mais là, c’était lui le fautif, rien de tout cela ne serait arrivé s’il n’avait pas fait tomber son carnet …
Revenir en haut Aller en bas

Invité




Quelle poisse ! | pv - Akimoto Hana Vide
MessageSujet: Re: Quelle poisse ! | pv - Akimoto Hana Quelle poisse ! | pv - Akimoto Hana Icon_minitimeMer 13 Avr - 21:28

    Par un simple hasard, Hana avait sûrement découvert une petite mine d'or. Enfin, pas autant que ça. Certes, dans ce calepin, il y avait divers notes, dont le prénom de Kanna. Si le prénom de Kanna figurait sur ce carnet, ce n'était pas vraiment un hasard...
    Enfin bref, elle avait vite trouvé à qui appartenait ce carnet. Un jeune homme , habillé d'une chemise bleu et d'un pantalon en jean, qui venait de faire demi-tour afin de retrouver son bien.
    Hana l'avait en main, et elle vît cet homme, et l'interpella. Elle lui demanda si il menait une enquête ou quelque chose de ce genre là .

    « Effectivement ça m’appartient. »

    Oh. Mais pourquoi cet habitant avait-il noté des noms, des phrases, des mots aussi incohérents les uns que les autres..? .Il fallait faire preuve de méfiance. Après tout, Hana n'avait pas rencontré tous les habitants de ce village, elle ne leur parlait guère..Et puis, tout le monde se méfiait les uns des autres, alors il était vraiment impossible de mener une enquête ou quoi que ce soit. Personne ne lâchait le morceau.
    Hana ne comptait pas enquêter, déjà , ce n'était pas de son ressort, elle n'avait pas assez d'intelligence pour ça, et puis elle avait trop peur. Il fallait laisser faire la police, c'était des professionnels et savaient à quoi s'en tenir.
    De nombreuses personnes de sa classe avaient commencé leur petite enquête, mais Hana n'avait eu vent d'aucun résultat.
    En fait, tout tournait en rond.
    Cet homme était quelqu'un dont il fallait se méfier. Et puis..Il avait l'air tellement...Pris dans ses pensées !
    Peut-être que le responsable de la disparition de Kanna se tenait devant elle, peut-être pas.
    En fait, toutes sortes de questions se bousculaient dans la tête des élèves et des habitants.

    Hana tandis le carnet vers son propriétaire. Elle n'allait pas le garder..Enfin, elle avait envie de tout découvrir, mais bon..Il y avait des limites à la curiosité.

    « Ça ne se voit pas comme ça, je l’avoue », commença-t-il, « mais je suis avocat, et, ano … Votre professeur Yukimura sensei m’a demandé de l’aider à la recherche de votre camarade. »

    «  Avocat ?! » s'écria t-elle.

    Effectivement, ce jeune homme n'en avait pas du tout l'air ! En fait, il avait l'air d'un jeune comme les autres, 23 ans, peut-être plus, qui habitait ici. En fait il était avocat, alors il était beaucoup plus âgé, 30 ans environ ?

    « Yukimura-sensei..Vous a demandé de nous aider pour chercher Kanna ? » Demanda t-elle, encore plus surprise.

    Ce prof était vraiment prêt à tout pour remettre la main sur Kanna. C'était sûrement pour garder son poste, par égoïsme. C'était un prof après tout, il n'était pas différent des autres...
    Mais d'un autre côté, ce n'était pas le genre de Yukimura-sensei. Il était quelqu'un de gentil au fond, et près à s'intégrer parmi les élèves, alors , retrouver son élève devait être sa priorité. Et puis on s'ennuyait ferme sur cette île, et certaines personnes commençaient à tourner en rond, et n'hésitaient pas à apporter un peu de piment à leur voyage.
    Personnellement, Hana aimait le calme et la tranquillité, se mettre en danger, c'était trop pour elle, et même mettre un pied dans la forêt était effrayant. Après tout, on ne savait pas vraiment sur quoi on pouvait tomber !
    Rien que de regarder le journal télévisé, Hana imaginait le pire pour Kanna. Son corps pouvait être retrouvé à n'importe quel moment. C'était le pire des scénario à envisager.

    « Et ...Dans ce carnet..Vous rassemblez tout ce qui nous concerne ? Enfin...Tout ce qui concerne Kanna ? » Demanda t-elle «  Excusez moi, je suis un peu curieuse..Mais vous savez..Tout le monde est effrayé par cette histoire... »

    Les élèves était terrorisés, les profs également, mais les habitants étaient les plus à plaindre dans l'histoire. Le coupable se trouvait sûrement parmi eux. Tout le monde pouvait le croiser à n'importe quelle heure de la journée, sans se douter de qui il était.
    En fait, c'était une histoire à s'en embrouiller la tête. Tout le monde était perdu, oisif, essayait de s'occuper pour ne plus penser à cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas

Invité




Quelle poisse ! | pv - Akimoto Hana Vide
MessageSujet: Re: Quelle poisse ! | pv - Akimoto Hana Quelle poisse ! | pv - Akimoto Hana Icon_minitimeMar 19 Avr - 10:24

Visiblement, la jeune fille avait l’air très surprise d’apprendre la profession de Nabeshima-kun. Il fallait avouer que lorsqu’il quittait son costume trois pièces, il avait tout l’air d’un jeune homme tout droit sorti de l’adolescence. De visage, il ne faisait pas bien vieux, mais il suffisait qu’il s’habille de manière classe ou tout simplement en uniforme de travail pour qu’on lui donne dix ans de plus. Mais si l’on regardait attentivement son visage, assez rond, sa peau lisse et halée, on voyait quand même un jeune homme.
Seitarô esquissa un sourire maladroit et identifia quelque peu son interlocutrice : elle n’était pas bien grande, mais il pouvait parler, du haut de ses cent soixante-six centimètre (ça m’a carrément choquée quand j’ai vu sur Nautiljon XD). Elle était brune, et avait les cheveux mi-longs qui retombaient en cascade sur ses épaules. Ils étaient plutôt lisses et elle portait une frange épaisse sur le front. Elle n’était vraiment pas désagréable à regarder mais le jeune avocat s’ôta rapidement ce genre de pensées. Elle était mineure, puisqu’elle appartenait à la classe des lycéens touristes venus profiter du soleil d’Okinawa. Elle avait donc entre seize et dix-huit ans tout au plus. De toute manière, Seitarô n’avait vraiment pas le temps pour ce genre de choses, entre son chien, son boulot, et son roman …

D’ailleurs en parlant de ce dernier, heureusement qu’il avait récupéré son précieux carnet en un seul morceau ! Il fallait qu’il remercie la jeune fille en face de lui pour le lui avoir rapporté, mais il n’en eut pas encore le temps puisque cette dernière semblait perturbée par nombre de questions. Et elle devait être de nature franche, en tout cas plus qu’il ne l’était lui-même, puisqu’elle lui demanda aussitôt des comptes vis-à-vis de son enseignant.

« Effectivement, nous avons fait connaissance par hasard l’autre jour et, quand il a appris que j’étais avocat, il m’a demandé de l’aide. »

Nerveux, Nabeshima-bengoshi se passa une main dans les cheveux comme il avait l’habitude de faire quand le stress s’emparait de lui. Après une telle conversation avec la demoiselle, il serait sans doute contraint de réellement aider Yukimura sensei. Qu’importe sa réputation sur l’île après tout, si une vie était en jeu. Ce serait un mal pour un bien, non ?

Il s’apprêtait à enfin remercier la brune de lui avoir ramené son carnet en bon état, mais visiblement elle n’en avait pas fini avec ses questions quelque peu embarrassantes. Elle voulut se renseigner quant au contenu du calepin, et s’excusa de sa curiosité, en se justifiant par l’effroi qui s’était emparé des élèves. Il lui sourit alors d’un air qui se voulait bienveillant, en espérant que ça marche, et dit :

« Je comprends votre inquiétude, j’aurais été carrément paniqué si j’avais été à votre place ! »

En y réfléchissant, il n’y avait rien eu de bien palpitant dans la vie d’étudiant de Seitarô. D’un côté, quand on jouait les étudiants modèles pour le grand bien et la fierté de ses parents, on n’attirait pas énormément l’attention de ses camarades et on finissait par devenir complètement transparent. C’était le cas pour le jeune homme, qui avait travaillé d’arrache-pied pour obtenir de bons diplômes, pour rendre ses parents fiers. Et on voit ce que ça a donné ! Maintenant il se faisait traiter de papy ou de rabat-joie voire de mec vieux jeu par les gens qui avaient plus ou moins son âge, on lui disait qu’il ne profitait pas assez de sa jeunesse, et c’était vrai dans un sens. Mais son arrivée à Okinawa était signe de changement, et il comptait bien s’extérioriser un peu. Car maintenant que sa carrière était bien lancée, et qu’il était respecté, il pouvait bien s’occuper un peu de lui, non ? Vivre avec son âge plutôt que comme un trentenaire coincé. Et puis il était seul ici, il n’avait personne d’autre que son chien comme compagnie.
Soupirant, il espéra que la brune ne se rendrait pas compte qu’il avait tout bonnement évincé sa question à propos du contenu de son carnet, et dit, chaleureux :

« En tout cas, merci beaucoup d’avoir ramassé mon carnet, j’aurais été embêté sans ! »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Quelle poisse ! | pv - Akimoto Hana Vide
MessageSujet: Re: Quelle poisse ! | pv - Akimoto Hana Quelle poisse ! | pv - Akimoto Hana Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Quelle poisse ! | pv - Akimoto Hana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oumyou :: It's the End :: 
. Archives
-