AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
L'EVENT N°1 EST DESORMAIS OUVERT !!! RENDEZ-VOUS DANS LA CATEGORIE "PLAGE" PUIS DANS CELLE NOMMEE "EVENT N°1" ! BON JEU ♥️
Le forum a ouvert le 30 Mars 2011, n'hésitez pas à vous inscrire ! ♥️
De nombreux PV sont encore disponibles, mais vous pouvez incarner un perso inventé =)

Partagez|

GTU ▬ Great Teacher Usami èé - feat. Naoto;

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité




GTU ▬ Great Teacher Usami èé - feat. Naoto; Vide
MessageSujet: GTU ▬ Great Teacher Usami èé - feat. Naoto; GTU ▬ Great Teacher Usami èé - feat. Naoto; Icon_minitimeMar 12 Avr - 1:48

Ce qui était sensé être un voyage de rêve, dans un endroit paradisiaque et, surtout, l'occasion de provoquer enfin une révolution dans la vie sociale de Keisuke, s'était depuis longtemps transformé en un fiasco total. Pour des raisons connues de tout le monde, bien sûr. Mais aussi d'autres, propres à Tokugawa. En effet, lui qui espérait voir du changement dans sa misérable - et ce fait-là était irréfutable, même si Kei s'en était rendu compte que très récemment - existence était toujours au même point.

Voilà des années que Keisuke était tel un caméléon. Tantôt arbre, tantôt mur en brique, excellant dans l'art de la dissimulation. Mystérieux et intouchable, tel le cosmos !............ C'est ça, il était un gros vide. Tout du moins, c'est l'impression qu'on avait tendance à garder de lui. Ou serait-il plus juste de dire qu'on n'en gardait tout simplement aucune ? Car il est difficile de se faire une opinion de quelqu'un que l'on ne remarque même pas... En effet, si Kei avait était un personnage de Marvel, il serait sûrement l'Homme Invisible. Et en imaginant qu'un énième film sorte sur le sujet, c'est aussi Tougawa qui aurait obtenu le rôle principal. Pourquoi ? Parce que la prod' aurait économisé un bon bout du budget sur les effets spéciaux et le maquillage en l'engageant, étant donné que chez lui tout est fourni et livré en kit déjà monté (le slip-de-bain apparent et le collant non inclus par contre, n'abusons pas) pour l'occasion ! Puis, au-delà de l'apparence, on peut dire que le brun avait bien cerné le personnage. Son but c'est de n'être vu de personne ? N'attirer aucune attention ? Mais c'était tout Keisuke ça. Ne parlant que rarement, et ce seulement pour poser des question aux professeurs ou alors rassurer sa mère au téléphone à propos des broutilles que toutes les mères aiment savoir sur leurs enfants. Il ne riait qu'à des occasions spéciales aussi, préférant lancer seulement des sourires maladroits manquant cruellement d'assurance, dissimulés derrière quelques mèches de cheveux. Enfin... tout ça les jours où il osait relever les yeux du sol et regarder autre chose que la pointe de ses pieds. Et à force de se cacher du monde entier, on en arriva à oublier jusqu'à son existence. Il faisait juste partie du décor. Celui familier, auquel on est habitué et qui ne nous intéresse plus depuis belle lurette... Autant, donc, dire que plus invisible que Keisuke, il n'y avait que les atomes qu'il étudiait en chimie avec tant de ferveur...

En attendant de changer de rôle, les ballades dans les ruelles du village étaient tout le divertissement que Kei pouvait tirer de son séjour dans cet endroit. Longues et... solitaires.

Ouch !

Une plainte étouffée suivie d'un brouhaha, apparemment venant d'un endroit se trouvant à quelques mètres du boulevard que Kei s'était mis à explorer ce jour-là près du centre-ville, parvint aux oreilles du jeune tokyoïte, l'interrompant dans sa discussion avec lui-même. Oui, cela lui arrivait des fois de faire des monodialogues... En toute discrétion, bien sûr. Passer pour un schizophrène serait le comble dans toute cette histoire...
S'arrêtant doucement, il ne put empêcher un soupçon de curiosité de naître en lui. Peut-être même de l'inquiétude. Car, "asocial", il l'était peut-être. Mais "humain" aussi. Et si quelqu'un avait besoin d'aide il ne pouvait tout bonnement pas s'en aller en faisant semblant de ne rien avoir remarqué. Enfin, si, peut-être il y a quelques mois... Mais plus maintenant. Et puis là était peut-être une énième chance d'un changement futur que lançait le destin sur son chemin.

C'est devant un petit garage que Kei s'arrêta enfin, entendant quelques noms d'oiseaux en sortir, lancés par la même voix que celle entendue plus tôt. Un homme aux cheveux décolorés s'y tenait, d'apparence plutôt jeune, mais avec un air indéniablement mature et débrouillard au visage. Tout du moins, de ce que Keisuke arrivait à déchiffrer sur son faciès déformé par la douleur.
Indécis, Kei s'avança vers lui, se penchant par pur réflexe de quelqu'un de maladivement timide, avant de lancer un banal, mais non moins sincère, « Tout va bien ? ». Il continua après s'être avancé un peu plus vers l'homme « J'ai cru avoir entendu un cris, alors... ».
Revenir en haut Aller en bas

Invité




GTU ▬ Great Teacher Usami èé - feat. Naoto; Vide
MessageSujet: Re: GTU ▬ Great Teacher Usami èé - feat. Naoto; GTU ▬ Great Teacher Usami èé - feat. Naoto; Icon_minitimeMar 12 Avr - 10:21

    Hj - Bon, c'pas fameux non plus, mais j'aime bien faire passer Tôma pour un boulet xD'


C’était une bonne journée pour Naoto. Le jeune homme s’était levé du bon pied, était allé pêcher du poisson sur son bateau qu’il affectionnait tant. Posé à côté de sa canne à pêche, il jouait des mélodies calmes de guitare afin de ne pas effrayer les poissons qui seraient peut-être tentés par son hameçon.
Une fois ce travail achevé, il s’était rendu d’un pas tranquille mais assuré à Naha, afin de vendre le fruit de nombreuses heures d’attente au soleil à fredonner et jouer. Le trajet aller avait été bien plus long que le trajet retour, puisqu’à l’aller il avait un gros sac humide sur l’épaule, relativement lourd. Mais Naoto était sportif et ne rechignait pas à la tâche, il n’avait pas arrêté ses études pour se la couler douce, sinon sa pauvre mère se serait retournée dans sa tombe. D’ailleurs, si elle avait encore été là, elle serait fière de voir que son fils ne se laisse nullement abattre, se donnant à fond pour continuer sa petite vie de villageois. Elle serait rassurée qu’il ne vivait pas dans la rue mais bien au chaud dans une chambre d’une auberge chaleureuse, également occupée par des jeunes tokyoïtes d’à peu près son âge. Son père aussi serait content, et tous seraient satisfaits de voir que le bateau que Naoto avait payé avec l’héritage lui permettait de gagner sa vie. A Naha, le commerce maritime était très répandu vu que c’était une île, du coup le rouquin trouvait toujours un poissonnier à qui vendre sa marchandise. Sinon, il y avait aussi les particuliers, c’étaient souvent des petites ménagères à la retraite qui voulaient cuisiner de bons plats à base de poisson à leurs maris –il paraît que c’est bon pour la mémoire, alors … En tout cas, Naoto gérait sa vie comme il le pouvait et estimait que pour le moment il s’en sortait plutôt bien.
A côté de sa vente de poisson et des services rendus à Sataki-san à l’auberge, Naoto en rendait également aux villageois qui n’avaient pas une grande motivation. Il lui arrivait parfois de faire le facteur, allant poster les lettres des habitants contre une modique somme. Les villageois savaient que Naoto était orphelin et pauvre, mais que ce dernier refusait la pitié et la charité, voulant gagner sa vie de ses propres mains. Les habitants n’étaient pas très ouverts aux touristes mais tout de même, Naoto était originaire de Naha et il était moins exclu et regardé de travers que les tokyoïtes par exemple. Certains l’aimaient bien parce qu’il est jovial et serviable. Bon, son humour laissait parfois à désirer mais ce n’était qu’un détail !

Naoto approchait du village, pour rentrer à l’auberge. Il prenait son temps, une petite brise venait agiter ses cheveux et il fallait en profiter parce qu’en général en été, la chaleur était assez pesante et le vent était toujours le bienvenu quand ce n’était pas non plus une grosse tempête de sable.
Les mains dans les poches, le rouquin ne regardait pas trop où il allait, connaissant plus ou moins le chemin par cœur. Il préférait de loin admirer les bâtisses de pierre qui composaient le petit village et se demandait à quoi ressemblait l’intérieur de chaque maison. Peut-être un style moderne ? Ou ancien, tout autant que l’extérieur. Naoto avait un peu de mal à imaginer un intérieur très « design » alors que la structure de la maison était faite de pierre, mais maintenant les architectes et les maçons étaient très doués et on pouvait faire des effets de styles assez uniques.

Naoto passa près d’un garage, et toujours absorbé par son observation des lieux et ses suppositions diverses sur l’intérieur de chaque habitation, il ne vit pas qu’un seau était posé sur son chemin. Il continua d’avancer et soudain, il bascula en avant. Il avait les mains dans les poches et eut à peine le temps de les sortir par pur réflexe pour limiter les dégâts qu’il était déjà par terre.

« Ouch ! » lança-t-il, surpris.

Une douleur monta au niveau de ses articulations, il s’était un peu égratigné les coudes et les genoux. D’un côté il était en T-shirt et en bermuda, donc bras et jambes étaient découverts et le tissu n’avait pas du tout protégé sa peau qui était maintenant blanchie par le contact avec le sol et rougie à cause de quelques malheureuses gouttes de sang qui commençaient à perler. Quel boulet, franchement ! Il se mit à jurer en grommelant et se frotta les endroits où la douleur se faisait sentir. On lui avait toujours dit que de frotter un endroit où l’on s’était cogné faisait partir la douleur plus vite, mais Naoto pensait que c’était psychologique, tout se passait dans la tête et la douleur disparaissait si l’on le voulait vraiment. Si l’on cherchait à se faire plaindre, elle persistait et on pouvait commencer à faire son cinéma. Bref.

Le rouquin se releva péniblement et maudit ce foutu seau qui s’était trouvé sur son chemin. Quelle idée aussi de le laisser traîner en plein milieu ! Le type qui travaillait là ne devait pas être bien soigneux entre nous.
Pendant qu’il s’époussetait pour enlever la poussière qui venait de s’accrocher à ses vêtements, une voix inconnue se fit entendre. Il se retourna vivement et tomba nez à nez avec un jeune homme aux cheveux d’un noir de jais qui devait avoir quasiment le même âge que lui. Ce dernier, un air inquiet peint sur le visage, lui demanda si tout allait bien parce qu’il avait entendu un cri. Naoto sentit ses joues rosir un peu, il avait inquiété ce type juste parce qu’il s’était mangé un seau, la bonne blague ! Se passant une main dans ses mèches flamboyantes comme à chaque fois qu’il se sentait un peu gêné, il esquissa un sourire maladroit :

« Oh, j’étais un peu dans la lune, et je me suis étalé par terre en trébuchant sur ce seau …. » dit-il en pointant l’objet de tous ses malheurs du doigt.

Naoto finit de nettoyer la poussière de ses habits et considéra un peu plus le jeune homme qui se tenait devant lui. Il avait un air un peu absent sur le visage, comme quelqu’un qui ne parlait pas beaucoup et ne semblait pas à l’aise dans une longue discussion. L’expression inquiète avait quitté son visage quand nao’ avait avoué qu’il était tombé à cause de son étourderie, mais le rouquin n’arrivait pas vraiment à déterminer celle qui l’avait remplacée.

« Tu es l’un des élèves en vacances sur l’île, non ? » questionna-t-il, plutôt curieux.

Après inspection, son visage ne lui était pas inconnu et il n’était pas impossible que Naoto l’ait déjà aperçu dans les alentours de l’auberge.
Revenir en haut Aller en bas

GTU ▬ Great Teacher Usami èé - feat. Naoto;

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oumyou :: It's the End :: 
. Archives
-